Menu actualité

Thématiques

Les besoins de recrutement perdurent dans l’éducation populaire

Publié le 10 novembre 2022 à 10h05 - par

Les difficultés de recrutement d’animateurs dans l’éducation populaire persistent, selon une enquête menée auprès d’un millier de structures, parue mardi 8 novembre 2022.

Un an après une première édition au sortir de la crise sanitaire, l’organisation professionnelle Hexopée (12 000 structures, 100 000 salariés) et le Fonds national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ont réalisé une deuxième salve de sondages entre le 20 septembre et le 6 octobre 2022 auprès de 1 283 structures représentant 30 % des emplois dans les secteurs de l’éducation populaire et du tourisme social.

Alors qu’il y a un an, 82 % des répondants faisaient état de difficultés d’embauche, 76 % des structures déclarent y faire toujours face cette année. La situation s’est même empirée par rapport à 2021 pour 61 % d’entre elles.

Cela a des conséquences sur la tenue des activités que 59 % disent avoir dû adapter ou annuler.

En tête des freins à l’embauche de salariés, on trouve la question des rémunérations (74 %) ou encore celle des temps partiels, très courants dans ces secteurs (57 %). Viennent ensuite la formation des salariés (55 %), l’engagement qui leur est demandé (48 %) et les amplitudes horaires (47 %).

Les besoins sont tels que les structures interrogées déclarent avoir plus de dix mille projets de recrutement (10 786) dans les douze mois à venir.

Toutefois « l’aggravation de la pénurie interroge sur la capacité du champ de l’éducation populaire à pouvoir remplir ses missions émancipatrices et appelle à des réponses fortes des pouvoirs publics pour soutenir le secteur », estiment Hexopée et le Fonjep dans un communiqué.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022