Les métiers de la fonction publique doivent s’adapter aux besoins de services publics

Fonction publique

Un avis du Conseil économique, social et environnemental du 11 décembre 2018 dresse un bilan de l’évolution des métiers de la fonction publique.

Dans le cadre du programme Action publique 2022, le gouvernement a saisi le Conseil économique social et environnemental (Cese) sur la question de l’évolution des métiers de la fonction publique. Dans sa réponse, le Cese précise que « l’évolution des missions implique l’apparition, la transformation ou même l’extinction de métiers ». Dans l’objectif d’accompagner l’évolution professionnelle des agents et de répondre aux besoins de la société, une coordination d’ensemble au gré des évolutions des métiers devra être recherchée.

La fonction publique et ses métiers : quels constats ?

Les jeunes diplômés dévalorisent relativement les métiers de la fonction publique. Les possibilités d’évolution et les salaires en début de carrière sont jugés plus intéressants dans le privé. Un certain nombre de métiers, dont les missions qui sont essentielles au fonctionnement du service public, connaissent aujourd’hui des difficultés de recrutement. C’est le cas dans la fonction publique territoriale par exemple pour la filière police municipale ou pour certaines fonctions juridiques et financières.

L’obligation de recourir à des recrutements contractuels pour compenser l’insuffisance d’effectifs de titulaires reflète également les inégalités géographiques dans l’attractivité des métiers. Dans les professions hautement qualifiées, il existe des besoins spécifiques pour lesquels il est difficile de trouver des profils adaptés. Les fonctions relatives à la transition numérique sont en premier lieu concernées.

Des métiers de la fonction publique, moins qualifiés, sont aussi confrontés à des problèmes de recrutement. Il s’agit des métiers d’assistance ou d’entretien de catégorie C ou encore des emplois d’agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM). Ces filières connaissent un taux important d’emploi contractuel et un pyramidage désavantageux des emplois qui sont le signe d’une faible valorisation des métiers par les employeurs publics eux-mêmes.

Orientations à prendre en compte dans le dialogue social

Le Cese rappelle l’importance de l’articulation du dialogue social à la définition des missions du service public et son rôle dans l’évolution des métiers. Il met en avant la fonction essentielle du dialogue social dans le suivi des conditions de travail des agents. Il constate que les restrictions des budgets publics sur les moyens d’investissement et de fonctionnement ont mis certains services dans des situations d’inadaptation chronique de leurs moyens de travail.

C’est en particulier le cas dans le domaine de l’informatique et des moyens de communication pour faire face aux besoins nouveaux liés à la révolution numérique. Par ailleurs, la pénibilité du travail pour certaines catégories de personnel doit faire l’objet de mesures particulières. Des mesures de gestion des ressources humaines (GRH), anticipant les obligations de reconversion professionnelle due à l’inaptitude physique, et organisant les possibilités de « seconde carrière » par reconversion professionnelle préparée et accompagnée, doivent être prises.

Le dialogue social de proximité est le seul moyen pour les personnels de se faire représenter et d’informer l’employeur sur les risques d’une dégradation des conditions de travail. Le Cese conclut sur ce point qu’il est primordial de conserver le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), dont la fusion avec le comité technique est envisagée. La fonction RH devra être renforcée. Un plan pluriannuel sur la formation continue devra être élaboré.

Mieux déterminer l’évolution des métiers de la fonction publique nécessite de s’interroger sur les facteurs susceptibles de modifier les besoins de services publics. Ce n’est malheureusement pas la priorité actuelle des employeurs publics, faute de moyens RH suffisants.

Source : Évolution des métiers de la fonction publique, Avis du Cese, décembre 2018

 

Livre blanc

Le recrutement dans le secteur public à l'heure du digital

Téléchargez

Dans un contexte de mutation des territoires et de contraintes financières, les collectivités font face à de nouveaux défis tels que l’adaptation des effectifs et l’évolution des compétences professionnelles afin de garantir, non seulement la continuité, mais également la qualité du service public.

Entre anticipation des besoins et accompagnement du changement, la question du recrutement est devenue plus que jamais stratégique. Le plus grand capital des collectivités est la ressource humaine dont elles disposent, mais encore faut-il la renouveler, l’accueillir, la valoriser et l’accompagner. Aujourd’hui, la recherche de nouvelles ressources s’avère d’autant plus difficile que des problématiques de pénurie viennent affecter certains métiers.

Qu’il s’agisse de compétences émergentes ou de métiers en tension, de postes spécialisés ou de fonctions polyvalentes, que le choix du candidat se porte sur un lauréat de concours, une mobilité de fonctionnaire ou un contractuel, les 55 000 employeurs territoriaux vont de plus en plus se trouver en concurrence les uns avec les autres, ainsi qu’avec le secteur privé et l’associatif.

Dans cette course au recrutement, les employeurs doivent désormais se démarquer pour mieux attirer les talents, retenir les personnes compétentes, donner des perspectives et renforcer les motivations.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger gratuitement le Focus « Le recrutement dans le secteur public à l’heure du digital » qui vous est offert par les Éditions WEKA.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum