TIC et conditions de travail dans la fonction publique

Fonction publique

Le caractère professionnel de l’usage des technologies d’information et de communication est déduit de la mise à disposition par l’employeur à l’agent d’un outil de travail pour l’exécution de ses missions.

L’arrivée massive des TIC (technologies de l’information et de la communication) dans la fonction publique modifie en profondeur les conditions de travail des agents. L’introduction des TIC s’accompagne de modifications organisationnelles (travail en équipe ou en réseaux, autonomie des agents, assouplissement des lignes hiérarchiques) qui tendent à modifier la relation au travail. L’e-administration redéfinit les identités professionnelles et les modalités d’exercice du métier des agents. Elle peut conduire à de nettes améliorations de la façon d’appréhender son travail mais également à détériorer les conditions de travail.

TIC et secteur public : un fort taux d’utilisation

L’appellation « TIC » rassemble une large gamme de produits informatiques. Ils ont en commun de produire, transformer ou échanger de l’information. Ils concernent aussi bien des composants électroniques matériels (ordinateurs, téléphones portables, tablettes etc.) que les logiciels qui les accompagnent ainsi que les réseaux physiques et virtuels auxquels ils sont rattachés.

Les TIC sont fortement utilisés dans le secteur public pour accompagner les changements organisationnels. Trois niveaux d’utilisation sont possibles:

  • un premier niveau dit « d’utilisation professionnelle de base » (il désigne les usages les plus courants de l’outil informatique),
  • un second niveau dit « intermédiaire » (il indique une utilisation quotidienne plus poussée des TIC, avec des logiciels plus complexes),
  • et enfin un troisième niveau, dit « expert » (il représente les cadres de la fonction publique, qui font un usage intensif de l’informatique et surtout du mail).

La diversité des TIC induit une pluralité des équipements et des usages. Cela a des effets différents sur les conditions de travail des individus. Ils améliorent ou détériorent les conditions de travail des agents. Positivement, ils permettent une plus grande polyvalence des tâches et missions des agents, un accroissement de leur autonomie et un enrichissement de leur travail. Au contraire, l’instantanéité et le travail en temps réel, la virtualisation et la traçabilité de toutes les opérations qu’ils génèrent peuvent influencer négativement les conditions de travail.

L’incidence des TIC  sur le vécu du travail

La réaction des agents vis-à-vis des TIC varie selon les postes occupés et la manière dont les TIC sont introduits. Les effets négatifs les plus répandus engendrent stress et sentiment d’urgence, en particulier pour les postes nécessitant un usage intensif de l’e-mail. Cela peut se traduire par une baisse de l’implication des agents publics.

Deux facteurs explicatifs peuvent être avancés : la résistance au changement et une incompatibilité de certaines méthodes managériales avec des missions de service public. Pour éviter les blocages psychologiques, un soin important est à accorder à la formation et à l’accompagnement des agents lors de la mise en œuvre des plans TIC.

Les TIC modifient également les relations de travail : échanges plus fréquents, « face-à-face » moins nombreux, relations informelles plus intenses. Ils peuvent néanmoins avoir un effet bénéfique sur le niveau d’implication à travers un renforcement des collectifs de travail et l’entraide entre collègues, excepté pour le télétravail. Ce dernier pouvant être la source de problèmes de cohésion des équipes et de partage de l’information, mais aussi d’une sensation d’isolement.

Le développement de l’« administration » apparaît d’ores et déjà bien engagé dans la fonction publique. Il contribue à la modernisation des techniques de travail des services. Encore faut-il que les collectivités sachent accompagner efficacement les plans d’action TIC.

Pour aller plus loin : TIC et conditions de travail dans la fonction publique, Direction Générale de l’Administration et de la Fonction publique, 7 février 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum