QVT et dialogue social : la région Île-de-France signe deux nouveaux accords sociaux avec les syndicats

Management

Le conseil régional d’Île-de-France souhaite améliorer la qualité de vie au travail et l’autonomie de ses agents, notamment via l’extension du télétravail.

Accompagnée de ses vice-présidentes chargée du Dialogue social et chargée des Lycées de l’Administration générale, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a signé, le 21 mars 2019, deux accords sociaux avec les organisations syndicales (SYNPER, CFDT, UNSA, FSU).

Favoriser la liberté dans l’organisation du travail

Le premier accord porte sur « une meilleure efficacité du service public par la qualité de vie au travail, l’autonomie et la responsabilité ». Avec cette signature, la région vise « une meilleure efficacité du service public à travers plusieurs dispositifs favorisant la liberté dans l’organisation du travail, l’autonomie et la responsabilité des agents »

  • Le télétravail chez soi ou dans un tiers-lieu

Avec cet accord, le conseil régional souhaite élargir le champ d’application du télétravail. Au programme :

  • possibilité de télétravailler dans des lieux variés, y compris hors Île-de-France ;
  • permettre aux agents des lycées – sur une fonction éligible – de télétravailler ;
  • mettre en place le télétravail pour raisons de santé et augmenter le nombre de jours de télétravail pour les femmes enceintes, avant leur congé maternité.
  • Le droit à la déconnexion

« Soucieuse d’améliorer l’environnement de travail et de protéger ses agents », la région Île-de-France se veut « une administration pionnière dans la reconnaissance de ce droit ». L’enjeu est de garantir la bonne utilisation des outils numériques, tout en préservant la santé au travail pour proposer des conditions et un environnement de travail de qualité et respectueux de tous. Pour ce faire, le conseil régional va former les agents aux risques liés à l’hyper-connectivité et établir une charte de « bonnes pratiques » des outils numériques professionnels.

  • La souplesse dans les horaires de travail

À terme, la mise en place des horaires décalés pour les agents qui le souhaitent devra permettre de garantir une meilleure organisation des missions de chaque agent, tout en assurant un présentiel suffisant pour le travail collectif, prévoit l’accord conclu avec les syndicats. Cet accord-cadre fera l’objet d’un suivi annuel, précise la présidente du conseil régional.

Reconnaître les compétences des représentants syndicaux

Le second accord intéresse la « reconnaissance des compétences des représentants syndicaux durant leur mandat ». « Convaincue que le dialogue social est un puissant levier de performance publique et de progrès social », la région Île-de-France entend lui donner toute sa place pour transformer et moderniser son administration. Pour y contribuer, le conseil régional a décidé de mettre en place un « passeport de compétences ». Il s’agit d’un outil de reconnaissance des compétences destiné à valoriser l’expérience acquise par les représentants syndicaux durant leur mandat.

Ces accords marquent la volonté de la région Île-de-France « d’aller vers toujours plus de performance publique et de progrès social, soutient sa présidente, Valérie Pécresse. Le dialogue social est désormais au cœur de notre politique de ressources humaines régionale, dont la traduction est la conclusion d’accords « gagnants-gagnants » pour la collectivité et les agents. Alors que la précédente mandature n’avait conclu aucun accord, la nouvelle ambition est d’avancer toujours plus loin dans l’expérimentation et l’évaluation de dispositifs innovants pour le bien de tous ».

 

Pour aller plus loin, nous vous proposons notre livre blanc en téléchargement gratuit :

Livre blanc

Développer la mise en œuvre du télétravail dans le secteur public

Téléchargez

Télétravail, tiers-lieux, bureau nomade, open space… : le travail est aujourd’hui déconnecté de l’espace où il est pratiqué, avec des conséquences sur la santé et l’engagement des agents. Les directeurs de ressources humaines doivent, eux aussi, s’adapter à ces changements. Cette nouvelle approche de l’espace repose les questions du management et de l’organisation du travail.

Le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci.

L’article 133 de la loi n° 2012-347 du 12 mars 2012 donne un statut juridique au télétravail dans la fonction publique.

Mais malgré un cadre juridique construit, le télétravail au sein des administrations nécessite toujours un accompagnement par des actions de sensibilisation et de formation afin d’être mieux déployé.

 

REJOIGNEZ LE RÉSEAU DE L’EMPLOI PUBLIC

Accélérez votre carrière et favorisez votre mobilité avec weka.jobs !
En un clic retrouvez les offres d’emploi qui vous correspondent proposées par les établissements publics de votre région et, grâce à un réseau de + de 120 000 professionnels, rentrez directement en contact avec vos futurs collègues.

Découvrir le réseau

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum