Le Conseil d'État annule un arrêté transférant des personnels...

Management

Le juge administratif suprême a annulé, à compter du 1er mars 2010 seulement, un arrêté du ministre de l’Alimentation fixant le nombre d’emplois de personnels TOS affectés aux services de certains établissements gérés par le conseil régional Midi-Pyrénées. Une occasion de rappeler l’État à ses obligations de consultation.

À l’occasion d’une décision rendue le 14 octobre 2009, le Conseil d’État a enjoint au Premier ministre et au ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche « de prendre, d’ici au 1er mars 2010, les mesures nécessaires au transfert définitif aux régions des services ou parties de services participant aux missions d’accueil, de restauration, d’hébergement et d’entretien général et technique dans les établissements dont la région Midi-Pyrénées a la charge ».

Pas de rupture de la continuité du service

Les sages du Palais-Royal se sont toutefois refusés à prononcer l’annulation pure et simple de l’arrêté qui aurait impliqué que cet acte aurait été réputé n’être jamais intervenu alors qu’en l’espèce, « il a produit ses effets ». Les conséquences de l’annulation auraient dès lors été « manifestement excessives ». En effet, le droit d’option entre le statut de fonctionnaire territorial et le maintien du statut de fonctionnaire d’État ayant été exercé jusqu’au 31 décembre 2008, les décisions individuelles d’intégration ou de détachement qui en résultent ont pris effet ou prendront effet au plus tard le 1er janvier 2010. La décision du Conseil d’État est donc d’une portée très limitée.

Rappel à l’ordre de l’État

La haute juridiction a toutefois profité de l’occasion qui lui a été donnée par ce litige de rappeler l’État à ses obligations de consultation des collectivités territoriales. En effet, si les juges soulignent que le ministre « soutient que plusieurs réunions, auxquelles auraient participé des personnes relevant des catégories représentées au sein de la commission locale de suivi, se seraient tenues entre juillet et décembre 2006 (…), de telles réunions, dont les modalités ne sont d’ailleurs pas précisées, ne sauraient en tout état de cause être regardées comme ayant permis d’associer les commissions tripartites locales prévues (…) ».

La règle de procédure fixée par l’article 3 du décret du 24 mai 2005 ayant été ainsi méconnue, la région Midi-Pyrénées est fondée à soulever l’illégalité du décret du 23 décembre 2006 fixant les modalités du transfert définitif aux régions de services ou parties de services du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Décret sur lequel se fonde l’arrêté dont nous avons fait état plus haut.

Christophe Belleuvre

Texte de référence  : Décision du Conseil d’État du 14 octobre 2009, req. n° 310594

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques