Le plan de relance autoroutier notifié à la Commission européenne, début possible des travaux à l'été

Marchés spécifiques

Le plan de relance autoroutier, qui prévoit que les sociétés concessionnaires engagent des travaux en échange d’un allongement de la durée de leurs concessions, est notifié vendredi par la France à la Commission européenne, et les travaux pourraient être engagés à l’été.

Le secrétaire d’État aux Transports Frédéric Cuvillier a rencontré vendredi à Bruxelles le commissaire européen à la Concurrence Joaquin Almunia afin de lui présenter ce plan, annonce dans un communiqué de presse le secrétariat d’État. Ce plan, en discussion entre l’État et les sociétés concessionnaires d’autoroutes depuis plus de deux ans, prévoit une vingtaine d’opérations : travaux de sécurisation, parkings relais pour les routiers, parkings d’autopartage, lien entre autoroutes et réseau secondaire…

Le but est, précise le communiqué, d' »adapter les infrastructures aux évolutions du trafic et donc à le fluidifier, à améliorer la sécurité des usagers ou encore à réaliser des travaux de mise aux normes environnementales ». Le montant total est de 3,6 milliards d’euros, à la charge exclusive des concessionnaires autoroutiers. Ce plan doit donner un « coup de fouet au secteur du BTP, qui est en berne », et devrait permettre la création de 15 000 emplois, a indiqué Frédéric Cuvillier à l’AFP.

Plus de la moitié des travaux seront réalisés par des PME et PMI non liées aux groupes autoroutiers. « Garantir l’accès à la commande pour les PME, et il y en a beaucoup dans le secteur des travaux publics, c’est la garantie de créer vraiment de l’emploi, et du dynamisme régional », a ajouté le secrétaire d’État. En échange, les concessions sont prolongées de trois ans en moyenne, et Frédéric Cuvillier s’est engagé à ne plus demander de prolongation jusqu’à la fin des concessions, prévue entre 2027 et 2032.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Tous les articles juridiques