Marchés de définition : la France épinglée par la CJCE

Marchés spécifiques

Monsieur Mazac, avocat général de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) a présenté, le 22 septembre, ses conclusions dans l’affaire C-299/08, Commission contre la France, qui porte sur les articles relatifs aux marchés de définition (articles 73 et 74-IV du Code des marchés publics).

Il suggère à la Cour de constater que la France a manqué à ses obligations. La commission avait saisi la CJCE car le Code des marchés publics prévoit d’attribuer un marché d’exécution à l’un des titulaires du marché de définition préalablement passé, sans nouvelle mise en concurrence ou avec une mise en concurrence limitée à ces titulaires. Selon lui, ces articles du Code des marchés publics sont contraires à la directive 2004/18/CE « car elles permettent d’attribuer des marchés avec une mise en concurrence limitée dans des cas qui ne sont pas prévus par la directive et qu’aucune des exceptions prévues par celle-ci ne peuvent les justifier », a-t-il expliqué.

Il considère par ailleurs que la procédure d’attribution des marchés de définition est contraire au principe de transparence énoncé par  la directive. « Cette procédure crée une situation d’insécurité juridique tant pour les pouvoirs adjudicateurs que les opérateurs économiques en raison du risque contentieux qu’elle comporte. » Par ailleurs, il considère que la procédure d’attribution des marchés de définition est biaisée. Alors que la directive toute entière vise à assurer la mise en concurrence des opérateurs, les marchés de définition ne s’adressent qu’à un certain type d’opérateurs économiques, ceux et seulement ceux qui peuvent se charger à la fois de la conception et de la construction. De par sa nature, la procédure d’attribution de marchés de définition opère une présélection parmi les opérateurs économiques potentiels. Selon lui, cela va à l’encontre de l’esprit des règles communautaires. Affaire à suivre…

L'analyse des spécialistes

  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Le régime des CCAS : qu'en est-il de l'extension des possibilités de délégation dans les CCAS ? Administration

    Le régime des CCAS : qu’en est-il de l’extension des possibilités de délégation dans les CCAS ?

    29/08/18
    Le centre communal d'action sociale, créé dans toute commune de 1 500 habitants ou plus, a pour mission d'animer une action générale de prévention et de développement social dans la commune, en liaison étroite avec les institutions publiques et privées, et de participer à l'instruction des demandes d'aide sociale.
  • Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • Tous les articles juridiques