Candidatures : les critères de sélection des offres à annoncer dès l'engagement de la procédure

Passation des marchés

L’information donnée aux candidats sur les critères de sélection des candidatures des MAPA restreints doit être « appropriée » dès l’engagement de la procédure. La divulgation des conditions de leur mise en œuvre reste à la discrétion des pouvoirs adjudicateurs.

 

Les pouvoirs adjudicateurs doivent « assurer l’information appropriée des candidats sur les critères de sélection de ces candidatures dès l’engagement de la procédure d’attribution du marché, dans l’avis d’appel public à concurrence ou le cahier des charges tenu à disposition des candidats ». Le Conseil d’État vient ainsi de compléter par une décision du 24 février 2010 sa jurisprudence ANPE du 30 janvier 2009, qui obligeait les pouvoirs adjudicateurs à annoncer les critères de sélection des offres dès le début de la procédure.

La seule différence concerne les conditions de mise en œuvre des critères. Dans le cas des offres, il est nécessaire de les préciser. Dans le cas des candidatures, une « information appropriée des candidats n’implique en revanche pas que le pouvoir adjudicateur indique les conditions de mise en œuvre des critères de sélection des candidatures ».

Attention toutefois à la formulation des AAPC. Dans l’affaire jugée par la Haute juridiction, la simple « conformité administrative des documents exigés à l’appui des candidatures, garanties et capacités techniques, financières et professionnelles » a été censurée.

Le Conseil d’État a aussi profité de cet arrêt pour réaffirmer le nécessaire respect des grands principes de la commande publique dans la passation des marchés à procédure adaptée.

Bénédicte Rallu

Textes de référence :

Téléchargez le document au format pdf CE 24 février 2010, Communauté de communes de l’enclave des Papes, req. n° 333569

Téléchargez le document au format pdf CE 30 janvier 2009, ANPE, req. n° 290236

 

L'analyse des spécialistes

  • Rupture conventionnelle dans la fonction publique : les précisions de la décision n°2020-860 QPC Fonction publique

    Rupture conventionnelle dans la fonction publique: les précisions de la décision n°2020-860 QPC

    21/10/20
    En rappelant que la rupture conventionnelle « ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties », dans sa décision n° 2020-860 QPC, le Conseil constitutionnel souligne la nature contractuelle de cette procédure et affirme que tout fonctionnaire peut alors être assisté par l'organisation syndicale de son choix, qu'elle soit représentative ou non.
  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Tous les articles juridiques