La performance au travail ne s’amoindrit pas forcément avec l’âge

Retraite

Il n’existe pas de relation systématique entre avancée en âge et diminution de la productivité.

Un quart des agents territoriaux partira à la retraite d’ici 2020. La proportion des salariés les plus âgés dans les collectivités s’accroît. Elle est renforcée par l’âge plus tardif des entrées dans la vie active, le vieillissement global de la population ainsi que par les réformes successives des retraites.

Cette situation oblige les employeurs territoriaux et les salariés à se poser la question de l’adéquation entre l’évolution des capacités fonctionnelles, les conditions de travail, et les performances. L’avancée en âge étant souvent considérée comme facteur de déclin : déclin des capacités physiques, des capacités cognitives, entre autres. Ce constat se trouve néanmoins mis à mal par le fait que certains travailleurs âgés sont plus performants que leurs cadets.
 

La performance des agents âgés peut être maintenue

La performance des agents âgés est équivalente à celle des plus jeunes, à condition qu’ils puissent réguler leur activité de travail, et que les conditions dans lesquelles le travail s’effectue, ne fassent pas obstacle à ces régulations. Et si des déclins surviennent avec l’âge, ils sont variables selon les individus dans leurs intensités, leurs modalités et le moment auquel ils apparaissent. Il n’y a pas de déclin généralisé de l’ensemble des capacités avec l’âge.

Un travail pénible physiquement ou s’exerçant dans des conditions difficiles accentue cependant les effets du vieillissement biologique. L’expérience permet toutefois à l’individu de maintenir sa performance en régulant son activité et en trouvant des stratégies adaptées. Par exemple, anticiper pour éviter les situations d’urgence, s’entendre avec ses collègues sur une répartition des tâches bien adaptée, trouver des gestes moins coûteux en temps et en effort ou encore organiser sa mobilité vers un poste qui lui convient mieux.

Les travailleurs vieillissants mettent souvent en place des « stratégies », fruits de leur expérience professionnelle et de l’accumulation de connaissances, pour compenser le déclin éventuel. Le travail leur permet ainsi d’apprendre continuellement en favorisant le développement des capacités. Il n’existe donc finalement pas de relation univoque et systématique entre avancée en âge et diminution des capacités productives.
 

Les effets du vieillissement doivent être pris en compte

L’influence des conditions de travail sur les transformations des capacités avec l’âge ne sont pas contestables. Lorsque les conditions de travail sont difficiles, le travail peut révéler précocement des déficits et accélérer le vieillissement. Les effets retardés de la pénibilité des emplois en début ou milieu de carrière ne doivent pas non plus être ignorées pour maintenir la performance sur les postes de travail.

Les contraintes physiques liées au poste (maintien de postures pénibles, manipulation de charges lourdes), les changements fréquents dans l’environnement et l’organisation du travail, l’exposition au bruit et à des produits toxiques sont particulièrement pénalisants avec l’âge. Les contraintes de temps sont aussi particulièrement aggravantes puisqu’elles suppriment les marges de manœuvre qui permettent aux salariés vieillissants d’anticiper de réguler leur charge de travail.

La conception et l’aménagement des postes doivent de ce fait intégrer le vieillissement des salariés. Quant à l’organisation du travail (rythme, durée, répartition des tâches), elle permettra aux plus âgés de mettre à profit leur expérience. Il y a ainsi tout intérêt pour les employeurs territoriaux à anticiper, parallèlement, les besoins en compétences et à promouvoir la transmission des savoirs ainsi que la formation à tout âge.

Pour les employeurs publics comme privés, il est important d’éviter l’erreur de la prise en compte des contraintes auxquelles sont exposés les seniors pour conduire à reporter les tâches les plus difficiles sur les plus jeunes. L’ensemble de ces contraintes ayant des effets d’autant plus forts qu’elles s’exercent durant de longues années. Cela n’aurait que pour conséquence de générer des phénomènes d’usure prématurée qui induirait des inégalités d’espérances de vie.
 

Source : La performance au travail ne s’amoindrit pas forcément avec l’âge. État des connaissances, Anact, juillet 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum