Seul l'exécutif a le droit de conclure le contrat

Commande publique

La notification d’une décision de rejet d’une offre l’emporte sur la décision de la commission d’appel d’offres (CAO).

Dans une décision du 31 mai 2010, le Conseil d’État a considéré que « la décision de conclure le contrat relève du seul exécutif de la personne publique dûment habilitée à cette fin ». Puis il a ajouté que « la décision de la commission d’appel d’offres se prononçant sur les offres présentées par des entreprises ne constitue pas pour ces candidats une décision créatrice de droit ».

Dans l’affaire jugée, cela a permis à l’entreprise requérante, la société Cassan, d’échapper à l’exécution contrainte d’un marché. L’OPHLM de l’Hérault concerné avait en effet commis l’erreur d’envoyer à tous les candidats un courrier les informant du rejet de leur offre pour son marché de réhabilitation de logements. Puis il s’était aperçu de sa maladresse et avait choisi, conformément à la volonté de la CAO, la société Cassan, avant de signer le contrat contre le gré de celle-ci (qui s’était trompée dans l’élaboration de son prix). Mais le premier courrier avait eu pour effet de libérer l’entreprise de son engagement.

Bénédicte Rallu

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Droit de l’environnement : réforme de l’évaluation environnementale Urbanisme

    Droit de l’environnement : réforme de l’évaluation environnementale

    18/10/17
    Le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1058 du 3 août 2016, relative à la modification des règles applicables à l’évaluation environnementale des projets, plans et programmes, et n° 2016-1060 du 3 août 2016, portant réforme des procédures destinées à assurer l’information et la participation du public à l’élaboration de certaines décisions susceptibles d’avoir une incidence sur l’environnement, a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 18 juillet 2017. Elles viennent d’être modifiées au Sénat et une commission mixte paritaire doit se réunir prochainement pour trouver un consensus sur la réduction du texte.
  • Tous les articles juridiques