Exercice du droit syndical et effectifs des centres de gestion

Dialogue social

Que faut-il comprendre par « effectifs du centre de gestion » pour l’exercice du droit syndical dans la fonction publique territoriale ?

Dans une réponse à une question parlementaire, André Santini a rappelé la règle des effectifs du centre de gestion mentionnés dans le décret n° 85-397 du 3 avril 1985 relatif à l’exercice du droit syndical dans la territoriale. En son article 3, le texte prévoit que lorsque les effectifs d’un centre de gestion dépassent 500 agents, l’octroi de locaux distincts est de droit pour les organisations syndicales représentées au comité technique paritaire placé auprès de ce centre ainsi que, le cas échéant, aux comités techniques paritaires des collectivités ou établissements affiliés à ce centre, ou au CSFPT.

C’est une circulaire du 25 novembre 1985 (JO du 8 décembre), qui a précisé le sens du mot « effectifs », a indiqué le secrétariat d’État chargé de la Fonction publique au sénateur socialiste de la Creuse, André Lejeune. Elle indique que l’effectif du personnel d’un centre de gestion à prendre en compte pour l’application de l’article 3 est l’effectif du personnel propre au centre, auquel s’ajoute le nombre moyen de fonctionnaires pris annuellement en charge.

En dessous du seuil de 500 agents, « le centre de gestion est tenu d’accorder un local commun aux organisations syndicales », a précisé M. Santini avant d’ajouter que « rien ne s’oppose à ce que les centres de gestion aillent au-delà des droits prévus ».

Christophe Belleuvre

Texte de référence : Question écrite n° 07571, JO Sénat du 16 avril 2009

L'analyse des spécialistes

  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les DGS entre transformation et statu quo Statut

    Les DGS entre transformation et statu quo

    10/07/19
    Le projet de loi de transformation de la fonction publique a consacré une large place aux directeurs généraux des services (DGS). Pourtant, malgré l'objectif visé de diversifier les profils par l'extension du recours aux contractuels dans les communes et les EPCI à fiscalité propre, la réforme n'a pas permis de clarifier les missions des DGS. Ce nouveau texte suscite deux types de tensions. D'une part, entre statutaires et contractuels puisque les premiers craignent des risques d'atteinte au statut de la fonction publique territoriale en raison de l'extension du recours aux seconds. D'autre part, les maires et les présidents d'EPCI n'ont pas accepté de transférer une partie de leurs compétences de gestion des personnels au profit des DGS.
  • Tous les articles juridiques