Un autre regard sur les mutualisations

Dialogue social

Sept élèves de l’Inet ont réalisé une étude mettant en garde les collectivités désireuses de regrouper leurs services. Selon eux, lorsque leur seul objectif est de réaliser des économies d’échelle, elles vont dans le mur. À cela, ils privilégient un regard stratégique issu des ressources humaines.

Les élèves administrateurs territoriaux de la promotion Aimé Césaire de l’Institut national des études territoriales (Inet) ont réalisé une étude ayant pour thème « Mutualisations : quel rôle et quelles transformations pour la fonction ressources humaines ? ».

Ils partent du constat que les mutualisations de services entre intercommunalités et communes, lorsqu’elles sont étudiées, le sont généralement sous l’angle juridique ou financier. D’un point de vue financier, elles sont considérées comme un moyen quasi automatique de réaliser des économies d’échelle. Selon eux, cela est réducteur, voire contre-productif. En effet, ces économies ne surviennent qu’à moyen ou long terme. Et cet objectif n’est pas vraiment mobilisateur, ni pour les agents, ni pour les usagers.

Les rédacteurs de l’étude se sont donc basés sur une quinzaine d’expériences pour privilégier un regard stratégique issu des ressources humaines. Car les mutualisations peuvent servir « un projet de territoire et des objectifs managériaux ». Elles peuvent permettre une meilleure organisation. Ainsi, l’étude est déclinée en plusieurs parties allant de la mesure des risques et opportunités de sa stratégie de mutualisation à l’avenir de ces processus, en passant par des conseils pratiques concernant les finances, le juridique, la conduite du changement.

La mutualisation doit donc être prise en main par les élus, les directeurs généraux des services et les directeurs des ressources humaines. Les services RH sont en effet au centre de ces processus, notamment en ce qui concerne les conditions de travail et la communication.

Charlotte de L’escale

 

Texte de référence : « Mutualisations : quelles évolutions de la fonction ressources humaines ? » Étude commandée par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et présentée lors du colloque organisé les 21 et 22 octobre à l’École nationale d’application des cadres territoriaux (Énact) d’Angers

L'analyse des spécialistes

  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les DGS entre transformation et statu quo Statut

    Les DGS entre transformation et statu quo

    10/07/19
    Le projet de loi de transformation de la fonction publique a consacré une large place aux directeurs généraux des services (DGS). Pourtant, malgré l'objectif visé de diversifier les profils par l'extension du recours aux contractuels dans les communes et les EPCI à fiscalité propre, la réforme n'a pas permis de clarifier les missions des DGS. Ce nouveau texte suscite deux types de tensions. D'une part, entre statutaires et contractuels puisque les premiers craignent des risques d'atteinte au statut de la fonction publique territoriale en raison de l'extension du recours aux seconds. D'autre part, les maires et les présidents d'EPCI n'ont pas accepté de transférer une partie de leurs compétences de gestion des personnels au profit des DGS.
  • Tous les articles juridiques