Traitement des excès de vitesse avec un véhicule de la collectivité

Droits et obligations

Dans le cadre de la procédure du contrôle automatisé, les conducteurs des véhicules des collectivités territoriales commettant des excès de vitesse sont verbalisés comme l’ensemble des usagers de la route.

L’identification des véhicules s’effectue à partir du Fichier national des immatriculations (FNI) et l’avis de contravention au Code de la route est envoyé à la collectivité, propriétaire du véhicule dont le conducteur a commis l’infraction à la vitesse. L’autorité territoriale doit ensuite informer l’administration de l’identité du conducteur responsable de l’infraction. Pour cela, elle dispose d’une procédure prévue par les textes en vigueur et proposée sur le formulaire de requête en exonération joint à l’avis de contravention au Code de la route.

La collectivité ne règle pas la contravention et désigne le conducteur en renseignant le cas numéro 2 du formulaire qui doit être adressé par lettre recommandée avec accusé de réception à l’officier du ministère public (OMP) à Rennes. Un nouvel avis de contravention au Code de la route, qui annule le précédent, est édité et envoyé au conducteur qui a été désigné. Il est redevable du montant de l’amende et fera l’objet du retrait de points du permis de conduire.

Il appartient à chaque collectivité territoriale de prévoir des procédures internes permettant d’identifier les conducteurs de ses véhicules, notamment avec la mise en place d’un carnet de bord propre à chaque voiture.

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques