Le nombre de fonctionnaires attirés par l'emploi privé est stable en 2011

Fonction publique

Le nombre de fonctionnaires souhaitant partir dans le privé, ou cumuler leur emploi avec une activité dans ce secteur, est resté relativement stable en 2011, avec quelque 3 300 demandes, selon un rapport officiel de la Commission de déontologie de la Fonction publique, chargée de rendre un avis lorsqu’un agent souhaite exercer une activité dans le privé, en quittant le secteur public ou en conservant son poste.

En 2011, la Commission a été saisie de 3 314 dossiers, plus des deux tiers des demandes étant liées à des cumuls d’activité, la Commission y voyant le succès du statut d’auto-entrepreneur. Dans les trois versants de la fonction publique, qui compte quelque 5,3 millions d’agents, 1 462 demandes sont venues de fonctionnaires territoriaux, 1 106 d’agents de l’État et 746 d’agents hospitaliers.

L’année précédente, la Commission avait été saisie de 3 386 dossiers, le nombre de demandes liées à un cumul d’activité ayant enregistré une progression de près de 60 % sur un an.

En 2011, les demandes de départ ou de cumul émanant de la fonction publique territoriale ont baissé de 15 %, celles des agents de l’État de près de 10 %, tandis que les agents hospitaliers ont été nettement plus nombreux à solliciter la Commission (+ 74,3 %).

Les principaux secteurs d’activité privés vers lesquels se dirigent les agents de l’État et les fonctionnaires territoriaux sont le commerce, le tourisme, le bien-être, ou encore la restauration et les petits travaux chez les particuliers. Les agents hospitaliers se tournent de leur côté vers des activités libérales liées à leurs fonctions : sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes, etc.

Les avis de la Commission ne sont pas contraignants, sauf lorsqu’elle conclut à l’incompatibilité, ce qui est rare (environ 2 % des cas).

La saisine de la Commission est obligatoire en cas de demande de cumul notamment pour création d’entreprise, mais les fonctionnaires peuvent exercer certaines activités « accessoires », comme des services à la personne sous statut d’auto-entrepreneur, sur simple autorisation de l’administration dont ils dépendent.

 

Pour en savoir plus : Commission de déontologie de la fonction publique. Accès des agents publics au secteur privé. Rapport d’activité 2011

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques