Parution au JO du décret encadrant les congés des moniteurs de colonies de vacances

Fonction publique

Le décret permettant aux moniteurs des colonies de vacances de déroger au droit du travail et d’aménager leurs congés, est paru vendredi au Journal officiel, ce qui va permettre de préserver « la capacité de fonctionnement des colonies de vacances », selon le gouvernement.

Les députés avaient adopté en décembre un amendement permettant aux centres de vacances de sécuriser juridiquement la situation des moniteurs des centres après un arrêt du Conseil d’État. Leur contrat, qui se situe entre travail salarié et engagement citoyen, ne prévoit en effet pas de « période minimale de repos journalier » ni de temps de repos compensateur. Or la haute juridiction avait estimé en octobre que les moniteurs avaient droit, comme tous les salariés, à un repos quotidien de onze heures, tant que la législation ne prévoyait pas de compensations suffisantes.

Le décret précise que la période de repos quotidienne des moniteurs et directeurs peut être soit supprimée, soit réduite sans pouvoir être inférieure à huit heures, le salarié bénéficiant ensuite d’un repos compensateur. Ce décret « sauve les colonies de vacances », ont estimé dans un communiqué les ministères du Travail et de l’Éducation. Les ministres Xavier Bertrand et Luc Chatel « soulignent que cette nouvelle disposition permet le maintien du modèle économique des colonies de vacances et souhaitent rassurer les familles sur le bon déroulement des prochaines vacances en accueil collectif de leurs enfants », précise le communiqué.

 

Texte de référence : Décret n° 2012-581 du 26 avril 2012 relatif aux conditions de mise en œuvre du repos compensateur des titulaires d’un contrat d’engagement éducatif

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

 

Livre blanc

Organiser le temps de travail des animateurs sous statut public

Téléchargez

Organiser le temps de travail des fonctionnaires ou des non-titulaires de droit public dans le respect des textes est particulièrement difficile : cela l’est d’autant plus pour les animateurs dont le temps de travail se concentre sur des périodes courtes et intenses.

Découvrez nos conseils en téléchargeant gratuitement la fiche « Organiser le temps de travail des animateurs sous statut public ».

Cet extrait du service documentaire Diriger et gérer un accueil de loisirs vous est offert par les Éditions Weka.

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques