Prise en charge d'un agent et cotisation CNFPT

Fonction publique

Dans un arrêt du 9 février 2016, le Conseil d’État précise les conditions de versement de la cotisation CNFPT lors de la prise en charge d’un agent dont l’emploi a été supprimé.

Les dispositions de l’article 97 bis de la loi nº 84-53 du 26 janvier 1984, modifié par la loi nº 94-1134 du 27 décembre 1994, prévoient la prise en charge par le Centre national de la fonction publique territoriale des fonctionnaires territoriaux dont les postes auraient été supprimés. La contribution versée au CNFPT, par la collectivité dont un des agents a été pris en charge, est due y compris lorsque la prise en charge n’est pas consécutive à une suppression de l’emploi d’origine, alors même qu’étaient en vigueur dans le cas d’espèce les dispositions antérieures de l’article 97 bis de la loi n° 84-53, qui ne mentionnaient pas les autres motifs de prise en charge.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 3e / 8e SSR, 9 février 2016, n° 386601

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques