Remaniement : Marylise Lebranchu perd le portefeuille de la Réforme de l'État

Fonction publique

La ministre Marylise Lebranchu a perdu le portefeuille de la Réforme de l’État à l’occasion du remaniement ministériel et de l’entrée au gouvernement de Thierry Mandon, directement rattaché au Premier ministre, selon le décret publié mercredi 4 juin au Journal  officiel.

Mme Lebranchu, qui détenait auparavant les portefeuilles de la Décentralisation, de la Réforme de l’État et de la Fonction publique, « est nommée ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique », peut-on lire dans le décret relatif à la composition du gouvernement.

La Réforme de l’État passe sous l’autorité du Premier ministre avec la nomination comme secrétaire d’État de Thierry Mandon, député PS de l’Essonne, qui lui est directement rattaché.

Proche de Martine Aubry, ex-secrétaire d’État puis garde des Sceaux dans le gouvernement Jospin, Mme Lebranchu, 67 ans, avait conservé ses attributions du gouvernement Ayrault lors de la formation de  celui dirigé par Manuel Valls.

Ce petit remaniement annoncé mardi a également vu la nomination de la députée PS Carole Delga comme secrétaire d’État au Commerce, après la démission pour raisons de santé de Valérie Fourneyron.  
 

Texte de référence : Décret du 3 juin 2014 relatif à la composition du gouvernement
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques