Partenariat public-privé pour construire 12 collèges en Seine-Saint-Denis

Partenariat public-privé

Le Conseil général de Seine-Saint-Denis a signé, le 5 avril 2012, avec les groupes de BTP Eiffage et Fayat des contrats de partenariat public-privé (PPP) pour la construction ou la rénovation de 12 collèges.

Le coût de ces partenariats public-privé (PPP) s’élève à 350 millions d’euros, a précisé le Conseil général. Les contrats sont financés avec plus de 60 % de fonds publics, dont 40 % provenant du Conseil général qui versera 137 millions d’euros en fonds propres. Il devra également payer un loyer aux groupes Eiffage et Fayat de 20 millions d’euros par an pendant 20 ans à partir de 2015. Ces accords vont permettre de construire notamment 5 nouveaux collèges, 5 gymnases, une piscine, un internat et de reconstruire 6 collèges et d’en rénover un autre.

Eiffage a remporté deux contrats, ce qui représente 8 collèges. Un autre contrat, avec 4 collèges, revient à Fayat. « Nous devons rattraper un retard sur le bâti scolaire (…) et faire face à une vitalité démographique qui fait arriver 2 000 collégiens supplémentaires d’ici 2014 », a déclaré le président PS du Conseil général Claude Bartolone.

Le PPP, voté le 15 mars par l’Assemblée départementale, assure « un plan de financement et des délais de livraison maîtrisés », a affirmé Claude Bartolone, déclarant que la Seine-Saint-Denis était « étouffée par un endettement qui atteint son seuil critique ». « Le coût du recours aux PPP ne déstabilise pas les finances du département en lissant dans le temps les coûts à supporter pour le Conseil général », est-il précisé.

Pour la direction d’Eiffage, qui a également mis en avant « l’intérêt que le groupe porte à la Seine-Saint-Denis, territoire d’avenir », « la procédure PPP participe à la bonne gestion des collectivités ».

Les 12 collèges devraient accueillir les élèves à la rentrée 2014.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

L'analyse des spécialistes

  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Tous les articles juridiques