Menu actualité

Thématiques

Retraire anticipée

Retraite

Publiée le 26/10/15 par

Dans l’arrêt n° 376239 du 18 septembre 2015, la Haute Juridiction précise les conséquences de l’annulation d’un refus d’accorder à un fonctionnaire une retraite anticipée.

Lorsque le juge annule le refus d’accorder à un fonctionnaire ayant élevé trois enfants et justifiant de quinze années de service le bénéfice de la retraite anticipée avec jouissance immédiate des droits à pension, l’administration doit prononcer l’admission à la retraite du fonctionnaire à la date à compter de laquelle le bénéfice de la retraite anticipée lui était acquis.

L’administration devra aussi maintenir en fonction l’agent pour la période allant de cette date à celle à laquelle il a effectivement quitté ses fonctions. L’intéressé a alors droit, au titre de cette période, au versement de son traitement avec retenues pour pension ainsi qu’à un supplément de liquidation pour la pension qui lui est versée à compter du jour de la cessation de ses fonctions, dans la limite du nombre de trimestres nécessaires pour obtenir le pourcentage maximum de celle-ci.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 7e / 2e SSR, 18 septembre 2015, n° 376239