Les collectivités peuvent agir sur l’absentéisme, selon les DRH de grandes collectivités

Santé et sécurité au travail

Une étude des DRH de grandes collectivités révèle que les communes et CCAS sont davantage touchés par l’absentéisme, en particulier les agents de catégorie C, soumis à des tâches pénibles. Dans trois cas sur dix, la collectivité peut réduire les absences par des démarches de prévention.

Le taux d’absentéisme moyen dans les collectivités est de 7,85 %, ce qui signifie qu’il touche un peu moins de huit agents sur cent pendant l’année, selon le benchmark absentéisme 2015 de l’Association des DRH des grandes collectivités territoriales. Les fonctionnaires territoriaux s’absentent donc moins souvent que ne le montre l’étude de l’assureur Sofaxis, qui fait état d’un taux de 9,3 % pour la même période. Ce fléau est toutefois inégalement réparti. L’absentéisme est plus élevé dans les communes (8,5 %), et surtout dans les centres communaux d’action sociale (10,4 %), que dans les conseils départementaux et régionaux ou dans les communautés d’agglomération. Ces taux ont été calculés sur un périmètre qui intègre maladie ordinaire, accidents du travail, maladie professionnelle, congés longue ou grave maladie et congés longue durée, mais exclut les congés maternité.

Les plus touchées par l’absentéisme sont la filière technique (8,9 %) et la filière sociale/médico-sociale (9,3 %), dont les métiers sont en majorité occupés par des agents de catégorie C, et où la pénibilité et l’usure professionnelle sont supérieures aux autres emplois. Toutes filières confondues, c’est du reste chez les agents de catégorie C que l’on relève le plus d’absences. Deux facteurs à cela : les agents de catégorie C représentent 76 % des agents de la fonction publique territoriale (FPT) ; et les agents de la FPT sont plus âgés (44,6 ans d’âge moyen) que ceux de la fonction publique hospitalière (41,5 ans) et de la fonction publique d’État (42,3 ans), alors que les salariés du secteur privé ont une moyenne d’âge de 40,6 ans. Des données qui mettent à mal « l’idée persistante d’un absentéisme généralisé chez les fonctionnaires, souvent présenté comme de nature comportementale », au profit d’un « absentéisme ciblé portant surtout les caractéristiques d’une usure liée à certains métiers ».

Les collectivités peuvent agir directement pour réduire l’absentéisme de leurs agents. En effet, trois fois sur dix, les absences sont liées à une insuffisance de la prévention : accidents du travail, maladies professionnelles et congés longue durée.

Réalisé en partenariat avec RH Havasu, startup spécialiste de l’analytique, le benchmark prend en compte les données de 119 collectivités, représentant plus de 263 000 agents, soit 14 % des fonctionnaires territoriaux. Des informations suffisamment significatives et cohérentes pour obtenir une vision globale. L’association des DRH a décidé de renouveler son dispositif pour 2016, en espérant atteindre une représentativité d’environ 25 % des fonctionnaires territoriaux.
 

Martine Courgnaud – Del Ry

 

L’absentéisme dans la FPT, c’est :

– 9,3 % pour la catégorie C

– 4,9 % pour la catégorie B

– 3,7 % pour les cadres A.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum