Dangers de l'amiante encore présente dans de nombreux bâtiments scolaires

Santé et sécurité au travail

La réponse ministérielle n° 22760 du 17 décembre 2019 est relative à la gestion du risque d’amiante dans les bâtiments scolaires.

Il appartient aux collectivités territoriales de repérer la présence d’amiante dans les bâtiments scolaires publics construits avant le 1er juillet 1997, conformément à l’article R.1334-18 du Code de la santé publique. Les collectivités doivent s’inscrire dans une démarche de retrait des matériaux amiantés. Il convient d’appuyer et de favoriser cette démarche qui a le mérite de supprimer le risque. Des actions de formation et de sensibilisation en la matière sont régulièrement conduites auprès des acteurs de l’Éducation nationale. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse s’est par ailleurs doté d’une cellule « bâti scolaire » en juillet 2019, visant précisément à améliorer cet état de la connaissance des bâtiments et en vue d’une meilleure articulation de l’action des parties prenantes notamment sur les enjeux de santé et de sécurité. Le traitement de l’amiante est un enjeu prioritaire.

 

Texte de référence : Question n° 22760 de M. Christophe Lejeune (La République en Marche – Haute-Saône) du 10 septembre 2019, Réponse publiée au JOAN le 17 décembre 2019

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques