Préserver les droits à avancement et à promotion des agents placés en disponibilité

Statut

Dans sa réunion du 27 mars 2018, le Conseil commun de la fonction publique a adopté un texte relatif aux droits des agents en disponibilité.

La position de disponibilité permet aux agents des collectivités territoriales de pouvoir prendre un congé soit à la suite d’un congé maladie, soit pour des motifs personnels, et notamment pour créer une entreprise ou suivre une formation de leur choix. La personne en disponibilité n’est plus en position statutaire d’activité. Elle cesse de bénéficier, dans cette position, de ses droits à l’avancement et à la retraite. Par l’adoption d’un nouveau texte relatif à cette position administrative, le Conseil commun de la fonction publique veut permettre aux agents en disponibilité de choisir leurs avenirs professionnels. Ainsi, il est proposé de préserver les droits à avancement et à promotion des agents placés en disponibilité pour l’exercice d’une activité professionnelle. L’objectif est de favoriser leur retour à l’issue de leur disponibilité et faire bénéficier le service public des compétences ainsi acquises dans des univers professionnels différents.

 

Texte de référence : Communiqué de presse du Conseil commun de la fonction publique, 27 mars 2018

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques