La Basse-Normandie veut 80 % d'aliments bas-normands dans les lycées en 2014

Achats

Le conseil régional de Basse-Normandie veut que ses 75 lycées servent des repas issus à 80 % des produits régionaux en 2014, selon un « plan régional d’alimentation et de restauration durable » adopté vendredi à l’unanimité par la collectivité présidée par Laurent Beauvais (PS).

« C’est un pari important qui vise à la fois la qualité des produits, la santé publique et la valorisation économique de notre territoire », a indiqué lors d’une conférence de presse François Dufour, vice-président EELV (Europe Ecologie Les Verts) du conseil régional. La part des « circuits courts, c’est-à-dire de produits de la région » est aujourd’hui d’environ 15 %, a précisé l’ancien porte-parole national de la Confédération paysanne. La région « valorisera au maximum les produits de qualité dans un cahier des charges à travers les produits labellisés de notre région », a ajouté l’élu. La région espère ainsi « stabiliser l’emploi agricole » alors que 26 exploitations disparaissent chaque semaine tandis que « en formation agricole nous avons toujours autant de candidats ». Ce plan se fera à budget constant mais « si ça coûte plus cher on assumera », a précisé Laurent Beauvais. « Nous souhaitons engager des démarches auprès des autres collectivités, gestionnaires de restaurations scolaires (départements, agglomérations, villes) afin de créer une demande assurant des débouchés suffisants pour les producteurs locaux », a aussi indiqué François Dufour.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques