Fonction publique: journée d'action le 15 mai contre l'"austérité salariale"

Dialogue social

Les quelque cinq millions de fonctionnaires de l’Hexagone sont appelés à participer à une journée nationale d’action le 15 mai par sept syndicats notamment pour dénoncer « la politique d’austérité salariale » du gouvernement.

Dans un communiqué publié mardi 8 avril, les syndicats CFDT, CGT, CFTC, FSU, Solidaires, Unsa et FA-FP (Autonomes) « dénoncent une nouvelle fois l’absence de négociations salariales dans la fonction publique et la dégradation de la qualité de l’emploi public ».

« La politique d’austérité salariale à l’égard des agents publics aboutit à une baisse incessante de leur pouvoir d’achat », écrivent les syndicats qui réclament depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande un dégel du point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires et est resté inchangé depuis 2010.

Pour les syndicats, la reconnaissance du travail des fonctionnaires « ne peut plus attendre ». Ils appellent donc les agents des trois versants de la fonction publique (État, Territoriale et Hospitalière) « à une journée nationale d’action et de mobilisation le 15 mai prochain, journée qui  pourra prendre des formes diversifiées (rassemblements, manifestations, grèves, arrêts de travail…) ».

Les fonctionnaires craignent de faire les frais du plan d’économies de 50 milliards annoncé par l’exécutif d’ici 2017.

Dans sa déclaration de politique générale mardi, Manuel Valls ne leur a pas fourni de réponse claire à ce stade. Il a indiqué que l’État serait mis à contribution à hauteur de 19 milliards d’euros, l’assurance maladie à 10 milliards d’euros et les collectivités à 10 milliards, restant vague sur les 11 milliards restants.

Dans ce contexte, augmenter le point d’indice paraît toutefois délicat. Selon la Cour des comptes, une augmentation de 1 % de sa valeur représenterait un coût de 1,8 milliard d’euros pour les trois fonctions publiques.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques