Alimentation du CET par des congés annuels non pris du fait de maladie

Fonction publique

Un agent peut sous certaines conditions alimenter son compte épargne-temps avec des congés annuels non pris pour cause de maladie.

Deux situations sont susceptibles de se présenter pour qu’un agent puisse alimenter son compte épargne-temps (CET) s’il bénéficie d’un reliquat de congés annuels non pris au terme de l’année civile du fait d’un congé de maladie.

Soit l’agent a pris moins de 20 jours de congés dans l’année : il ne peut alors alimenter son CET par le report de congés annuels non pris en raison d’un congé de maladie et bénéficie alors d’un report de ses congés. Soit l’agent a pris un nombre de jours de congés au moins égal à 20 : il lui appartient, dans ce cas, d’opter soit pour une inscription sur le CET des jours restants dus, soit pour un report de ses congés.

Texte de référence : Lettre DGAFP au ministre de la Justice, 1er octobre 2012

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques