Compétences professionnelles des maîtres d'apprentissage

Fonction publique

Le décret n° 2019-32 du 18 janvier 2019 est relatif aux compétences professionnelles exigées des maîtres d’apprentissage et au service chargé de la médiation en matière d’apprentissage dans le secteur public non industriel et commercial.

Le texte réglementaire précise les conditions de compétences professionnelles exigées des maîtres d’apprentissage dans le secteur public non industriel et commercial. Il indique que ces derniers devront détenir un diplôme ou un titre « relevant du domaine professionnel correspondant à la finalité du diplôme ou du titre préparé par l’apprenti et d’un niveau au moins équivalent » ou avoir exercé pendant deux ans « une activité professionnelle en rapport avec la qualification préparée par l’apprenti ». Les candidats au tutorat devront également avoir exercé pendant au moins un an une activité professionnelle « en rapport avec la qualification préparée par l’apprenti ». De plus, ce décret détermine le service désigné comme étant chargé de la médiation au sujet de l’exécution du contrat ou en cas de rupture du contrat d’apprentissage par l’apprenti, en application de l’article L. 6222-18 du Code du travail. La médiation sera assurée « par le médiateur » ou par le « service de ressources humaines de proximité dont relève l’apprenti ». Le décret s’applique aux contrats d’apprentissage conclus à compter du 1er janvier 2019.

 

Texte de référence : Décret n° 2019-32 du 18 janvier 2019 relatif aux compétences professionnelles exigées des maîtres d’apprentissage et au service chargé de la médiation en matière d’apprentissage dans le secteur public non industriel et commercial

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques