Les Français plébiscitent l’intercommunalité

Intercommunalité

Présenté le 4 octobre à Deauville, lors de la 29e convention nationale de l’Assemblée des Communautés de France, un sondage Ifop montre que 3 citoyens sur 4 sont satisfaits du travail accompli par leur communauté.

Bien qu’ils considèrent qu’elle éloigne les élus des citoyens (56 %), qu’elle rend la gestion plus complexe (62 %) et qu’elle fait augmenter les impôts locaux (65 %), les Français portent un regard très positif sur l’intercommunalité, selon un sondage Ifop réalisé pour le compte de l’Assemblée des Communautés de France. En effet, plus de huit sur dix (86 %) voient le principe de l’intercommunalité comme « une bonne chose », et les trois quarts sont satisfaits du travail accompli par leur intercommunalité. Ils connaissent plutôt bien les domaines de compétences des communautés (89  %) et leur mode de financement (83 %). Près de huit sur dix connaissent le nom actuel de leur structure intercommunale, mais quatre sur dix seulement sont capables de reconnaître spontanément le nom du président.

Les Français sont sensibles aux avantages liés à l’intercommunalité : mise en commun des moyens au service d’un projet de développement cohérent (84 %), nouveaux services et équipements collectifs (80 %), renforcement des solidarités financières entre communes riches et pauvres (70 %). Trois personnes sur quatre pensent également qu’avec l’intercommunalité, la gestion publique peut être adaptée à l’évolution des modes de vie et des besoins des habitants.

Les Français approuvent globalement les réformes récentes de l’intercommunalité. Ainsi, ils jugent positivement le renforcement des compétences (87 %), l’intégration de toutes les communes dans une intercommunalité (74 %), ou encore la réduction du nombre de communautés à travers des fusions (64 %).

Toutefois, ils attendent une meilleure information, non seulement sur l’intercommunalité, mais sur l’ensemble des collectivités territoriales : 59 % s’estiment insuffisamment informées et souhaitent en savoir davantage sur leur intercommunalité – 47 % sur les communes, 59 % sur les conseils départementaux, 61 % sur les conseils régionaux. Les personnes interrogées pensent aussi que d’importants progrès restent à faire pour incarner ces institutions et mieux expliquer leur mode de fonctionnement. On peut noter également une très forte demande de transparence et d’amélioration des débats à l’occasion des élections locales ; 94 % souhaitent que les projets et compétences des intercommunalités soient débattus et figurent dans les programmes des candidats.

Pour l’Ifop, cette consultation montre que l’intercommunalité, « moins politisée, personnalisée ou idéologique que d’autres échelons politiques », {…} « est désormais bien ancrée dans le rapport des Français à la politique et plus particulièrement au paysage politique local ». Une institution de plus en plus appréciée parce que les citoyens souhaitent aujourd’hui que les collectivités agissent hors des clivages idéologiques, davantage dans une optique « d’efficacité et de rassemblement des bonnes volontés autour de projets concrets » : compétitivité du territoire, qualité des services rendus aux habitants…

Marie Gasnier

Sondage réalisé en ligne du 6 au 11 septembre, auprès d’un échantillon représentatif de 2 005 personnes de 18 ans et plus.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum