Retour sur notre web-conférence : savoir recruter, mais aussi savoir fidéliser

Management

Mathilde Icard, DGA chargée des ressources humaines à la ville de Lille, et Olivier Baour, DRH du ministère des Armées, chef du département « Carrières et compétences » au ministère des Armées, intervenaient, mardi 16 avril 2019 dans le cadre d’une web-conférence en partenariat avec la CASDEN Banque populaire et l’Association des DRH des Grandes Collectivités, sur le thème « Savoir recruter, mais aussi savoir fidéliser ». Retour sur cet échange riche.

Si la fonction publique dans son ensemble peine souvent à recruter et surtout à conserver ses talents, la plupart des professions pour lesquelles elle déplore une pénurie de profils qualifiés sont des métiers en tension dans le privé, ce qui explique en partie les difficultés rencontrées. On ne peut nier que l’image de la fonction publique (fonctionnaire bashing) nuit à son attractivité aux yeux de certains candidats potentiels et particulièrement des jeunes. Mais les freins sont aussi internes. À titre d’exemple, concernant la fonction publique territoriale, si certaines collectivités sont très innovantes en matière de GRH, dans d’autres, le niveau des politiques RH et la gestion des compétences sont très inégales, avec des souhaits d’évolution peu satisfaits, un écart entre le discours et la réalité ou la faiblesse de la marque employeur.

La problématique du ministère des Armées

De son côté, le ministère des Armées se distingue par une problématique de recrutement sur des métiers techniques en tension et une reprise du recrutement liée à d’importants flux de départs en retraite.

Si aujourd’hui, ce ministère est reconnu comme employeur et recruteur de militaires, le fait que 60 000 agents publics civils y travaillent est assez méconnu. Le fait que près de 4 000 métiers différents y existent ne fait pas partie des grilles de lecture des candidats au recrutement.

Une politique d’attractivité est donc en cours de mise en place avec :

  • des actions sur les réseaux sociaux ;
  • la formalisation d’un site internet « portail des recrutements » ;
  • le travail sur la marque employeur des « civils de la Défense » ;
  • l’expérimentation d’un site dédiée au recrutement des contractuels ;
  • un assouplissement des modalités de recrutement ;
  • un « serious game » sur les métiers civils du MINARM ;
  • la validation d’un plan complet de communication afin de faire connaître le ministère des Armées comme recruteur aussi de personnels civils, fonctionnaires ou contractuels.

En matière de fidélisation, l’accent est mis sur le déploiement des parcours professionnels ; la mobilité fonctionnelle, ascendante et géographique ; l’accès à la formation. L’accueil est renforcé avec la mise en place d’un parcours d’intégration (session de formation initiale, tutorat, sessions de perfectionnement en partenariat avec l’IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale), immersions dans les forces armées…).

Plaidoyer pour le sur-mesure

Mathilde Icard, après s’être arrêtée sur la spécificité des collectivités locales, qui vivent un contexte en forte mutation et une diversité progressive des statuts et des modes de gestion, est revenue sur les fondamentaux d’une politique RH digne de ce nom, la GPEC : la gestion des talents bien entendu, la construction de parcours assurément et la prise en compte des attentes des diverses générations.

Mais elle a insisté sur l’importance pour les managers territoriaux de garder une indépendance d’esprit et un sens de l’adaptation face aux diktats et autres modes qui sont régulièrement proposés aux collectivités territoriales, au risque de les appliquer sans discernement. Il est important de construire une politique adaptée au contexte, au territoire, contribuant à la qualité du service public (exemple : dans certains secteurs, la mobilité trop rapide peut-être contre-productive, dans d’autres, elle peut être nécessaire à des fins de prévention) a-t-elle précisé. Une web-conférence dense et riche d’informations que vous pouvez retrouver ci-dessous.

Hugues Perinel

Une politique à construire entre collectivités

Parmi les nombreuses contributions de l’Association des DRH au débat, trois propositions :

  • Renforcer la culture de la mobilité au sein de la fonction publique territoriale :
  • Décloisonner les fonctions publiques en levant les freins à la mobilité :
  • Promouvoir l’approche par bassin d’emploi.

Vous n’avez pas pu assister à notre web-conférence interactive en partenariat avec la CASDEN Banque Populaire et l’Association des DRH des grandes collectivités, revivez l’événement en le visionnant ci-dessous :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum