Marchés de définition : il faut résilier les marchés d’exécution en cours

Marchés spécifiques

Suite à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de mettre fin à la procédure, que faire pour ses marchés de définition ?

Tout d’abord résilier ses marchés d’exécution en cours : « À défaut, la France serait exposée à une nouvelle condamnation par la Cour, comme ont été condamnés d’autres pays avant elle
», affirme le ministère de l’Économie et des Finances, par la voix d’Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur, lors d’une séance parlementaire au Sénat. Elle invite les acheteurs publics à se rapprocher de la direction des affaires juridiques (DAJ) afin de remédier « au cas par cas » aux difficultés pratiques rencontrées, notamment si le marché est en voie d’achèvement. Pour les marchés de définition attribués avant l’arrêt de la Cour de justice européenne du 10 décembre 2009, « une mise en concurrence élargie à d’autres soumissionnaires que les titulaires des marchés de définition initiaux doit être organisée. L’équilibre économique de la procédure ne sera pas bouleversé si les clauses du marché de définition ont prévu le transfert de la propriété intellectuelle de la “définition” du projet à l’acheteur public
».

Retrouvez cette actualité sur le site
marchespublics.weka.fr
, rubrique « MP Flash »
.

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques