Caractéristiques des titres-restaurant : utilisation, validité et conditions d'émission

Rémunération

Le décret n° 2014-294 du 6 mars 2014, publié au JO du 7 mars, apporte des modifications pour les titres-restaurant à compter du 2 avril 2014.

La validité des titres-restaurant émis durant l’année civile et non consommés durant cette période court désormais jusqu’à deux mois à compter du 1er janvier de l’année suivante. Les titres-restaurant sont également dématérialisés.

Le décret autorise en effet l’émission de titres-restaurant sur support numérique (carte à puce). La version numérique rendra effective l’interdiction d’utiliser les titres-restaurant le dimanche (sauf en cas de travail dominical). De plus, le montant d’utilisation sera plafonné  à 19 euros par jour. Le support numérique permettra un décompte de la dépense réelle à la différence du papier qui interdit la restitution d’espèces.
 

Texte de référence : Décret n° 2014-294 du 6 mars 2014 relatif aux conditions d’émission et de validité et à l’utilisation des titres-restaurant
 

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques