Allongement de la durée de cotisation : faible impact à court terme selon le COR

Retraite

L’allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein, l’une des pistes du gouvernement pour réformer les retraites, n’aurait qu’un faible impact financier à court terme, estime le Conseil d’orientation des retraites (COR) dans des documents qui doivent être examinés mardi 26 mars 2013.

Le COR avait rendu public en décembre un rapport concernant l’évolution financière des régimes de retraite à l’horizon 2060. Ces calculs prenaient en compte une durée de cotisation à 41,75 ans à partir de 2020, la loi ne prévoyant rien au-delà de cette date.

Dans des documents complémentaires qui doivent être étudiés en séance plénière mardi 26 mars et dont l’AFP a obtenu une copie, le COR a évalué les conséquences financières d’un allongement de la durée de  cotisation au-delà de  2020, comme l’a révélé le quotidien Les Échos.

Dans cette hypothèse, consistant à appliquer après 2020 les règles actuelles, la durée de cotisation augmenterait à 42 ans pour la génération née en 1962, 43 ans pour celle née en 1975, 44 ans pour celle née en 1989 et atteindrait 44,75 ans pour celle née en 2000.

Des simulations ont été réalisées pour les principaux régimes de retraite : ceux des salariés du privé, de la Fonction publique d’État, des collectivités locales, et des retraites complémentaires (Agirc et Arrco).

Grâce à cette mesure, l’équilibre des régimes serait assuré en 2060 mais son impact serait nettement plus limité à court terme, en 2030. Pour la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), qui verse les pensions des salariés du privé (hors indépendants, agriculteurs, etc.), le déficit serait réduit de 2 milliards en 2030 mais resterait tout de même de 11,5 milliards d’euros.

Les régimes complémentaires du privé (Agirc et Arrco) économiseraient quant à eux 1,7 milliard d’euros, avec un déficit atteignant plus de 10  milliards d’euros.

Pour la fonction publique d’État, cette mesure permettrait d’économiser seulement 600 millions d’euros la même année (déficit à 7 milliards d’euros). Enfin, le déficit pour les collectivités locales serait réduit de 500 millions d’euros (à 3,2 milliards).

Au total, un allongement de la durée de cotisation permettrait de gagner 0,2 % de PIB en 2030 mais le déficit représenterait tout de même 0,8 % de PIB et cette mesure seule ne suffirait donc pas à rétablir l’équilibre.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

L'analyse des spécialistes

  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Tous les articles juridiques