Allongement de la durée de cotisation : faible impact à court terme selon le COR

Retraite

L’allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein, l’une des pistes du gouvernement pour réformer les retraites, n’aurait qu’un faible impact financier à court terme, estime le Conseil d’orientation des retraites (COR) dans des documents qui doivent être examinés mardi 26 mars 2013.

Le COR avait rendu public en décembre un rapport concernant l’évolution financière des régimes de retraite à l’horizon 2060. Ces calculs prenaient en compte une durée de cotisation à 41,75 ans à partir de 2020, la loi ne prévoyant rien au-delà de cette date.

Dans des documents complémentaires qui doivent être étudiés en séance plénière mardi 26 mars et dont l’AFP a obtenu une copie, le COR a évalué les conséquences financières d’un allongement de la durée de  cotisation au-delà de  2020, comme l’a révélé le quotidien Les Échos.

Dans cette hypothèse, consistant à appliquer après 2020 les règles actuelles, la durée de cotisation augmenterait à 42 ans pour la génération née en 1962, 43 ans pour celle née en 1975, 44 ans pour celle née en 1989 et atteindrait 44,75 ans pour celle née en 2000.

Des simulations ont été réalisées pour les principaux régimes de retraite : ceux des salariés du privé, de la Fonction publique d’État, des collectivités locales, et des retraites complémentaires (Agirc et Arrco).

Grâce à cette mesure, l’équilibre des régimes serait assuré en 2060 mais son impact serait nettement plus limité à court terme, en 2030. Pour la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), qui verse les pensions des salariés du privé (hors indépendants, agriculteurs, etc.), le déficit serait réduit de 2 milliards en 2030 mais resterait tout de même de 11,5 milliards d’euros.

Les régimes complémentaires du privé (Agirc et Arrco) économiseraient quant à eux 1,7 milliard d’euros, avec un déficit atteignant plus de 10  milliards d’euros.

Pour la fonction publique d’État, cette mesure permettrait d’économiser seulement 600 millions d’euros la même année (déficit à 7 milliards d’euros). Enfin, le déficit pour les collectivités locales serait réduit de 500 millions d’euros (à 3,2 milliards).

Au total, un allongement de la durée de cotisation permettrait de gagner 0,2 % de PIB en 2030 mais le déficit représenterait tout de même 0,8 % de PIB et cette mesure seule ne suffirait donc pas à rétablir l’équilibre.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques