Départ anticipé à la retraite des fonctionnaires parents d'un enfant handicapé et principe d'égalité

Retraite

Les parents d’enfants handicapés ayant interrompu ou réduit leur activité, après que leur enfant handicapé a atteint trois ans et alors qu’il est encore à leur charge, ne peuvent pas être exclus du bénéfice du départ anticipé à la retraite avec jouissance immédiate.

Il résulte des dispositions du deuxième alinéa du I de l’article R. 37 du Code des pensions civiles et militaires de retraite (CPCMR) que le bénéfice d’un départ anticipé à la retraite avec jouissance immédiate, tel que défini à l’article L. 24 du même Code, est conditionné à une interruption ou une réduction d’activité du parent fonctionnaire durant les trois ans suivant la naissance de l’enfant handicapé. La différence de traitement qui résulte de ces dispositions réglementaires entre les parents d’un enfant handicapé qui ont réduit ou interrompu leur activité avant que leur enfant ait atteint l’âge de trois ans et ceux qui ont réduit ou interrompu leur activité après que leur enfant a atteint cet âge alors qu’il est encore à leur charge, ne se justifie ni par un motif d’intérêt général, ni par une différence de situation au regard des préjudices de carrière liées à la charge supplémentaire qu’impose l’éducation d’un enfant handicapé que la mesure vise à compenser.

Il suit de là que le deuxième alinéa du I de l’article R. 37 du CPCMR méconnaît le principe d’égalité en excluant du bénéfice du départ anticipé à la retraite avec jouissance immédiate les parents d’enfants handicapés ayant interrompu ou réduit leur activité après que leur enfant handicapé a atteint trois ans et alors qu’il est encore à leur charge.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 7e / 2e SSR, 16 décembre 2015, n° 387815

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques