Fonction publique d'État : des fonctionnaires de plus en plus "déclassés"

Statut

Fonctionnaires « déclassés », recul de l’âge moyen d’entrée, plus nombreux passages par le privé : une étude de l’Insee publiée mercredi 6 mars brosse un portrait en mutation de la fonction publique d’État.

Dans l’édition 2013 de son panorama « Emploi et salaires« , réalisé en collaboration avec la Dares (ministère du Travail), l’Institut national de la statistique et des études économiques consacre un dossier aux trajectoires professionnelles des agents de la fonction publique d’État depuis les années 1980.

« On imagine volontiers des carrières linéaires, avec une progression petit à petit dans la hiérarchie, mais la réalité est assez différente », a souligné lors d’une conférence de presse Laurence Rioux, de l’Insee, en évoquant notamment des « passages par le privé » et des « CDD avant d’accéder à la titularisation ».

Le niveau de diplôme « est de plus en plus élevé par rapport à celui requis pour occuper les postes » (bac + 3 pour la catégorie A, bac pour la B, brevet des collèges pour la C), souligne notamment l’Insee.

Selon l’institut, « le phénomène de déclassement à l’entrée dans la FPE est important et s’est accentué au fil du temps ».

Ainsi, alors que 39 % des bacheliers entrés avant 1980 occupaient un poste de niveau B, ils ne sont plus que 16 % depuis 2000. Pourquoi ? Car « plus de 80 % des postes de catégorie B sont occupés en premier poste par des agents diplômés du supérieur long ». C’est un jeu de dominos qui s’opère : ces diplômés du supérieur long, eux-mêmes déclassés, repoussent les titulaires d’un bac ou d’un bac + 2 vers les postes de C… normalement accessibles à partir du brevet des collèges.

Toutefois, si les agents « sont de plus en plus nombreux à connaître un déclassement (…) leur situation peut ensuite progresser », précise l’étude.

Il est ainsi souligné que 60 % des agents en poste en 2010 ont bénéficié d’au moins une promotion, en premier lieu des hommes, des agents de catégorie A et B et des « sur-diplômés ».

L’Insee met également en évidence le recul de l’âge moyen d’entrée dans la fonction publique d’État : 27 ans après 2000, contre 21 ans avant 1980. « Au fil des générations, l’entrée se fait de moins en moins après la fin des études », souligne-t-on.

En effet, un tiers des agents en poste dans un ministère en 2010 a travaillé dans le privé auparavant. Près de la moitié d’entre eux y est restée au moins 5 ans.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

L'analyse des spécialistes

  • Quelle expérimentation par les collectivités locales du recours au financement participatif obligataire ? Finances locales

    Quelle expérimentation par les collectivités locales du recours au financement participatif obligataire ?

    20/10/21
    Pendant une période de trois années, les collectivités territoriales pourront recourir à des obligations pour tous leurs projets de financement participatif.
  • Vers une modification du financement de la rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale ? Fonction publique

    Vers une modification du financement de la rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale ?

    12/10/21
    Les collectivités territoriales doivent non seulement supporter à la fois le coût de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle, mais aussi celui de l'indemnisation chômage de l'agent. Or, malgré les difficultés de recourir à la rupture conventionnelle, à ce jour, le Gouvernement n'envisage pas de modifier les modalités de financement de la rupture conventionnelle.
  • Comment améliorer l’articulation des compétences entre l’État et les collectivités territoriales en cas d’état d’urgence Sécurité

    Comment améliorer l’articulation des compétences entre l’État et les collectivités territoriales en cas d’état d’urgence

    05/10/21
    Dans son rapport d'étude annuelle intitulé « les états d'urgence : la démocratie sous contraintes », le Conseil d'État émet deux propositions pour améliorer l'articulation des compétences entre l'État et les collectivités territoriales afin de mettre en œuvre les états d'urgence.
  • Tous les articles juridiques