L'administration peut-elle subordonner la titularisation au succès à un examen professionnel ?

Statut

Non : en l’absence de dispositions statutaires contraires, la décision de titulariser ou de ne pas titulariser un stagiaire doit être essentiellement fondée sur une appréciation de la façon dont l’agent concerné a exercé, en sa qualité de stagiaire, les fonctions correspondant à l’emploi qu’il sera appelé à occuper après sa titularisation.

Dans un arrêt en date du 31 janvier 2012, la Cour administrative d’appel de Bordeaux considère qu’en l’absence de dispositions statutaires subordonnant la titularisation au succès à un examen professionnel, un centre communal d’action sociale (CCAS) ne pouvait légalement faire des résultats insuffisants obtenus par l’intéressée aux épreuves du brevet d’État d’animateur technicien de l’éducation populaire (BEATEP) l’un des motifs de refus de titularisation de Mlle X. En effet, ce refus doit être essentiellement fondé sur une appréciation de la façon dont l’agent concerné a exercé, en sa qualité de stagiaire, les fonctions correspondant à l’emploi qu’il sera appelé à occuper après sa titularisation.

Texte de référence : Cour administrative d’appel de Bordeaux, 6e Chambre (formation à 3), 31 janvier 2012, 11BX00849, Inédit au recueil Lebon

 

Source : publié sur andre.icard

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques