Un marché global mais des prestations à bons de commande et au forfait

Commande publique

Dans un arrêt du 29 octobre 2010, le Conseil d’État a réaffirmé la règle de l’allotissement tout en admettant qu’un marché global unique pouvait réunir des prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande et avec d’autres prestations.

 

Un marché unique peut marier diverses procédures. « Aucune disposition du code des marchés publics ni aucun principe n’interdisent d’inclure dans un unique marché des prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande et d’autres prestations », a indiqué la haute juridiction dans sa décision du 29 octobre. Dans l’affaire concernée par l’arrêt, le pouvoir adjudicateur avait mélangé des prestations distinctes qui couvraient des durées d’exécution de 4 (bons de commandes) et 5 ans (rémunérées au forfait).
 
Trois conditions doivent cependant être remplies pour cela : les deux types de prestations doivent être « clairement distingués » ; « les stipulations du contrat relatives aux prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande respectent les dispositions de l’article 77 » ; et la conclusion d’un marché global doit être « permise par les dispositions de l’article 10 du même code relatives à l’allotissement ».
 
Reste en revanche interdit la réunion sous un même objet de prestations différentes lorsque la personne publique n’établit pas que l’allotissement rendrait l’exécution du marché difficile.
 
Dans le contentieux, le syndicat mixte d’assainissement de la région ouest de Versailles (Smarov) avait lancé un marché pour « la maîtrise environnementale du périmètre syndical ». Cette consultation portait en fait sur des missions bien différentes : suivi de l’exécution d’un contrat d’affermage et de ses avenants, gestion et suivi de la passation de la mise en œuvre de nouveaux avenants à ce contrat, rédaction d’un bilan environnemental annuel, aide à la préparation des décisions du Smarov et assistance au maître d’ouvrage pour le suivi de l’exécution de marchés de maîtrise d’œuvre pour des travaux d’extension et de mise aux normes.
 
Le syndicat n’a pas démontré que l’allotissement était impossible. Sa procédure de passation a été annulée pour méconnaissance des dispositions de l’article 10 du Code des marchés publics.

L'analyse des spécialistes

  • rgpd-marches-acheteurs-publics Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire Fonction publique

    La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire

    25/06/18
    « La médiation accompagne un immense mouvement de l’humanité moderne : avoir le droit d’être différent, mais vivre ensemble cette différence sans souffrir ni faire souffrir, sans être détruit, ni détruire, sans vainqueur ni vaincu », cette citation de Stephen Bensimon (Panorama des médiations du monde L’Harmattan, 2010) doit aujourd’hui faire sa place en droit public.
  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Tous les articles juridiques