Un marché global mais des prestations à bons de commande et au forfait

Commande publique

Dans un arrêt du 29 octobre 2010, le Conseil d’État a réaffirmé la règle de l’allotissement tout en admettant qu’un marché global unique pouvait réunir des prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande et avec d’autres prestations.

 

Un marché unique peut marier diverses procédures. « Aucune disposition du code des marchés publics ni aucun principe n’interdisent d’inclure dans un unique marché des prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande et d’autres prestations », a indiqué la haute juridiction dans sa décision du 29 octobre. Dans l’affaire concernée par l’arrêt, le pouvoir adjudicateur avait mélangé des prestations distinctes qui couvraient des durées d’exécution de 4 (bons de commandes) et 5 ans (rémunérées au forfait).
 
Trois conditions doivent cependant être remplies pour cela : les deux types de prestations doivent être « clairement distingués » ; « les stipulations du contrat relatives aux prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande respectent les dispositions de l’article 77 » ; et la conclusion d’un marché global doit être « permise par les dispositions de l’article 10 du même code relatives à l’allotissement ».
 
Reste en revanche interdit la réunion sous un même objet de prestations différentes lorsque la personne publique n’établit pas que l’allotissement rendrait l’exécution du marché difficile.
 
Dans le contentieux, le syndicat mixte d’assainissement de la région ouest de Versailles (Smarov) avait lancé un marché pour « la maîtrise environnementale du périmètre syndical ». Cette consultation portait en fait sur des missions bien différentes : suivi de l’exécution d’un contrat d’affermage et de ses avenants, gestion et suivi de la passation de la mise en œuvre de nouveaux avenants à ce contrat, rédaction d’un bilan environnemental annuel, aide à la préparation des décisions du Smarov et assistance au maître d’ouvrage pour le suivi de l’exécution de marchés de maîtrise d’œuvre pour des travaux d’extension et de mise aux normes.
 
Le syndicat n’a pas démontré que l’allotissement était impossible. Sa procédure de passation a été annulée pour méconnaissance des dispositions de l’article 10 du Code des marchés publics.

L'analyse des spécialistes

  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Tous les articles juridiques