Un marché global mais des prestations à bons de commande et au forfait

Commande publique

Dans un arrêt du 29 octobre 2010, le Conseil d’État a réaffirmé la règle de l’allotissement tout en admettant qu’un marché global unique pouvait réunir des prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande et avec d’autres prestations.

 

Un marché unique peut marier diverses procédures. « Aucune disposition du code des marchés publics ni aucun principe n’interdisent d’inclure dans un unique marché des prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande et d’autres prestations », a indiqué la haute juridiction dans sa décision du 29 octobre. Dans l’affaire concernée par l’arrêt, le pouvoir adjudicateur avait mélangé des prestations distinctes qui couvraient des durées d’exécution de 4 (bons de commandes) et 5 ans (rémunérées au forfait).
 
Trois conditions doivent cependant être remplies pour cela : les deux types de prestations doivent être « clairement distingués » ; « les stipulations du contrat relatives aux prestations donnant lieu à l’émission de bons de commande respectent les dispositions de l’article 77 » ; et la conclusion d’un marché global doit être « permise par les dispositions de l’article 10 du même code relatives à l’allotissement ».
 
Reste en revanche interdit la réunion sous un même objet de prestations différentes lorsque la personne publique n’établit pas que l’allotissement rendrait l’exécution du marché difficile.
 
Dans le contentieux, le syndicat mixte d’assainissement de la région ouest de Versailles (Smarov) avait lancé un marché pour « la maîtrise environnementale du périmètre syndical ». Cette consultation portait en fait sur des missions bien différentes : suivi de l’exécution d’un contrat d’affermage et de ses avenants, gestion et suivi de la passation de la mise en œuvre de nouveaux avenants à ce contrat, rédaction d’un bilan environnemental annuel, aide à la préparation des décisions du Smarov et assistance au maître d’ouvrage pour le suivi de l’exécution de marchés de maîtrise d’œuvre pour des travaux d’extension et de mise aux normes.
 
Le syndicat n’a pas démontré que l’allotissement était impossible. Sa procédure de passation a été annulée pour méconnaissance des dispositions de l’article 10 du Code des marchés publics.

L'analyse des spécialistes

  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Les apports de la loi Élan quant à l'urbanisation du littoral Urbanisme

    Les apports de la loi Élan quant à l’urbanisation du littoral

    05/04/19
    La loi Élan est entrée en vigueur le 25 novembre 2018. Certaines de ses dispositions concernent notamment les communes du bord de mer puisqu'elles viennent assouplir la loi Littoral en permettant l’urbanisation du littoral. Jean-Baptiste Dubrulle, Avocat associé, et Kévin Holterbach, Avocat, tous deux chez Bignon Lebray, nous apportent des précisions sur le volet littoral de la loi Élan.
  • Tous les articles juridiques