Autorité de la concurrence : 1 500 000 euros d’amendes pour entente

Concurrence

Les entreprises Maquet France et ALM SA du groupe Getinge se sont vues infliger des sanctions pécuniaires de 750 000 euros chacune.

En 2007, le ministère de l’Économie saisissait le Conseil de la concurrence. Une enquête de la DGCCRF indiquait que ces deux sociétés avaient répondu entre décembre 2000 et 2002 à des appels d’offres lancés par des établissements de santé pour l’achat de tables d’opérations en présentant des offres séparées « apparemment concurrentes, alors que ces deux entreprises n’ont pas de réelle autonomie commerciale et surtout que les offres d’ALM sont traitées dans le cadre de Maquet
».

Le Conseil de la concurrence, devenu entre-temps l’Autorité de la concurrence, a conclu après enquête que les deux sociétés s’étaient entendues en 2002 pour proposer des soumissions séparées alors qu’elles n’étaient qu’une même entreprise. Ainsi, elles ont faussé le jeu de la concurrence. « Ces pratiques n’ont pu être sans effet alors que la part de marché cumulée des deux sociétés s’élevait au début des pratiques à plus de 85 %.
» L’Autorité estime que cette stratégie a inévitablement conduit à une augmentation des prix.

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques