Commission administrative paritaire (CAP)

Dialogue social

Les modalités de fonctionnement de la CAP sont précisées par un arrêt de la Cour administrative d’Appel de Marseille du 3 juin 2014.

Les commissions administratives paritaires se réunissent pour examiner des questions d’ordre individuel relatives à la situation et à la carrière des agents. Elles sont convoquées par leur président, avec indication de l’ordre du jour. La convocation peut être faite par tous moyens, et notamment par courrier électronique.

Aucune disposition n’impose que les convocations des représentants titulaires du personnel siégeant en CAP soient adressées à leur domicile privé plutôt que sur leur lieu de travail effectif, ni qu’elles leur soient envoyées par pli recommandé plutôt que par pli simple.
 

Texte de référence : Cour administrative d’Appel de Marseille, 8e chambre – formation à 3, 3 juin 2014, n° 13MA01642, Inédit au recueil Lebon

 

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques