Pamphlet sur la fonction publique : « l’abruti de fonctionnaire » à nouveau suspendu

Droits et obligations

Un salarié de la mairie de Pontault-Combault, mis à pied il y a un an après la publication d’un pamphlet sur la fonction publique, « Abruti de fonctionnaire », a été à nouveau suspendu mardi 11 février 2014 alors qu’il venait de reprendre le travail, a-t-on appris de sources concordantes.

La maire Monique Delessard (PS) reproche à ce fonctionnaire, Jérôme Morin, d’avoir « violé à nouveau son obligation de réserve » en reéditant début 2014 son livre sous un nouveau titre, « On ne réveille pas un fonctionnaire qui dort », selon un arrêté, consulté par l’AFP.

Selon la mairie, ce fonctionnaire de 40 ans revendique aussi « publiquement sa volonté de nuire à l’image de la commune » sur son blog, www.pontault-combault-2014.fr, et la sanction est nécessaire pour « assurer la sécurité des agents de la ville et de l’intéressé ». M. Morin écope de 4 mois de suspension, avec versement de son salaire, et un nouveau conseil de discipline doit être réuni.

« Je risque la révocation ! C’est un acharnement sans fin », a réagi Jérôme Morin, qui explique avoir « entièrement sécurisé le livre » dans sa nouvelle édition « pour qu’il ne soit pas attaquable en justice ».

La première édition du pamphlet « Abruti de fonctionnaire », qui s’est vendue selon M. Morin à plus de 5 000 exemplaires, remonte à 2011. M. Morin écrivait alors sous le pseudonyme d’Henri Rouant-Pleuret et le nom de la municipalité visée était déjà masqué.

Il n’avait été mis à pied qu’en février 2013, avec suspension de son salaire, pour 18 mois dont 6 mois avec sursis, après la parution d’un article de presse faisant le lien avec la ville de Pontault-Combault. Il a aussi été mis en examen, une procédure automatique en matière de diffamation, après une plainte contre X de la mairie.

La nouvelle édition, « On ne réveille pas un fonctionnaire qui dort », est publiée sous le vrai nom de cet ancien chef de service, qui qualifie son récit de « témoignage romancé », un exutoire pour « éviter de déprimer ou de se suicider » après plusieurs années de « harcèlement moral » et une « mise au placard ».

Dans une autre affaire, une employée au conseil régional d’Aquitaine, Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard, s’était vu infliger en août 2010 dix mois d’exclusion, dont six avec sursis, pour le même motif après la publication en 2010 de son ouvrage « Absolument dé-bor-dée ! », un pamphlet sur la fonction publique qui s’était vendu à 400 000 exemplaires.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

 

Livre blanc

Procédure de discipline

Téléchargez

Tout fonctionnaire est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées et peut commettre une faute dans l’exercice de ses fonctions. Une sanction peut lui être infligée au terme d’une procédure disciplinaire. Comment engager cette démarche ? Comment préserver les droits de défense de l’agent ?

Quels sont les principes généraux de la procédure disciplinaire applicable aux fonctionnaires territoriaux : l’ouverture de la procédure, les garanties accordées à l’agent, la consultation du conseil de discipline, les recours possibles contre la décision de sanction ?

Découvrez les réponses à ces questions en téléchargeant gratuitement la fiche « Procédure de discipline ».

Cet extrait du nouveau service documentaire Statut et Carrières des agents territoriaux à paraître en juin vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum