La crise du Covid-19 pourrait conduire à relancer l’investissement local

Finances locales

Après l’embellie financière qu’a connue le secteur local en 2019, les villes ont été inégalement atteintes par la crise du coronavirus. Selon la Banque postale, l’investissement local, qui contribuera à la relance, est indissociable de la solidarité créée par la péréquation et conduira les collectivités à emprunter.

Alors que leur situation financière était globalement saine en 2019 (niveau d’épargne brute historique supérieur à 39 milliards d’euros, désendettement, accroissement de l’investissement local…), les collectivités sont maintenant confrontées à la crise liée au coronavirus, qui les a toutefois diversement touchées. En première ligne pour gérer la crise sanitaire, elles ont aussi perçu moins de recettes en raison de la fermeture des services, et les contraintes de sécurité sanitaire, d’action sociale et de soutien à l’économie locale pèsent sur leurs dépenses. Au-delà du ralentissement de l’économie mondiale, les collectivités subiront aussi des conséquences indirectes : par le biais de la fiscalité, sur la période 2020-2022, et par celui des systèmes de péréquation, de 2021 à 2024. « Mais au-delà du seul impact budgétaire visible dès cette année et probablement encore en 2021, il est intéressant de s’interroger sur les conséquences à venir en termes d’impact territorial ou d’organisation des services », comme les nouvelles mobilités, la réorganisation du temps de travail…, estime Serge Bayard, président de la Banque postale collectivités locales. La Banque postale, qui a publié une étude sur la relance économique post-Covid-19, dans un numéro hors-série d’Accès Territoire en juillet 2020, se demande si les finances locales, plutôt saines pour aborder la crise, seront suffisantes pour l’absorber.

Interrogées, les associations d’élus s’accordent sur la nécessité d’une relance « par le local » et sur l’importance de s’appuyer sur la transition écologique – territoriale et sociale – pour créer le « monde d’après ». Ainsi, elles souhaitent une relance fondée sur des politiques publiques, visant prioritairement à restaurer l’équité territoriale, et construites en coopération entre tous les acteurs. Mais, selon l’étude, quel que soit le niveau de compensation apporté par l’État, la crise se traduira par une réduction brutale de l’épargne brute, au moins en 2020 et 2021, voire 2022 si la reprise est plus lente qu’espéré. Compte tenu notamment de la difficulté juridique et économique d’activer le levier fiscal, l’autofinancement local pourrait ne pas retrouver les niveaux des dernières années avant longtemps. En revanche, l’emprunt devrait être une solution, au moins temporaire, pour réaliser des programmes d’investissement ambitieux ; la bonne situation des collectivités fin 2019 leur permettra d’y recourir. En outre, les taux d’intérêt sont très faibles et devraient le rester sur la première moitié du mandat. Il conviendra sans doute de développer encore la rentabilité socio-économique et « territoriale » des projets d’investissement, de les inscrire dans une stratégie financière de mandat et, contrairement à la logique de la loi de programmation des finances publiques de 2018, d’envisager un réendettement des administrations publiques locales, à l’origine de 70 % de l’investissement public civil.

La Banque postale prône également la nécessité de refondre les règles de péréquation pour que la relance par l’investissement soit réellement solidaire. La suppression de la taxe d’habitation, la crise sanitaire – qui montre les disparités territoriales – ou les modalités de la relance économique sont des éléments positifs qui incitent à mener une réflexion de fond pour bâtir un système favorisant l’égalité entre les collectivités territoriales. La diversité des situations, des territoires, des populations rend l’exercice complexe, estime l’étude.

Marie Gasnier

Source : Collectivités locales et Covid-19 : De la gestion de crise à la relance économique, La Banque postale, Accès Territoire, juillet 2020

Posté le par

Recommander cet article