Menu actualité

Thématiques

Égalité femmes-hommes : les syndicats de la fonction publique veulent aller plus loin

Publié le 8 mars 2022 à 9h23 - par

La fonction publique, élève modèle pour l’égalité hommes-femmes ? Si le gouvernement met en avant des progrès durant le quinquennat écoulé, les syndicats de la fonction publique déplorent la persistance d’écarts de rémunération et de promotion.

Égalité femmes-hommes : les syndicats de la fonction publique veulent aller plus loin

En amont de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars, la CGT (1er syndicat), la FSU (5e) et Solidaires (6e) ont adressé une lettre ouverte à la ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin.

Elles y déplorent que « les agentes de la fonction publique perçoivent toujours un salaire de 19 % inférieur à celui des agents et de 12,3 % inférieur en équivalent temps plein ».

Des écarts particulièrement prégnants pour les plus bas salaires : parmi les 10 % des agents les plus faiblement rémunérés, 70 % sont des femmes, détaille le dernier Rapport annuel sur l’état de la fonction publique.

Face à ce constat, les trois syndicats ont déposé un préavis de grève et appellent à manifester mardi 8 mars 2022 « pour qu’enfin ce qui est écrit dans la loi, à savoir à travail de valeur égale, salaire égal soit appliqué et effectif ».

Le ministère de la Transformation et de la fonction publiques fait de son côté valoir que l’écart de rémunération entre les deux sexes dans la fonction publique est passé de 13,6 % en 2016 à 11,6 % en 2020.

Mais « dans la fonction publique comme dans le privé, les métiers les plus féminisés sont souvent les moins bien rémunérés et les moins bien reconnus » comme les assistantes sociales ou les infirmières scolaires, déplore le secrétaire général de la FSU Benoît Teste.

Les rémunérations sont faibles notamment dans les collectivités territoriales et les hôpitaux, et « il s’agit de carrières qui sont très féminisées », constate aussi Gaëlle Martinez, déléguée générale de Solidaires Fonction publique.

Le ministère met lui en avant la revalorisation de ces filières, avec par exemple une augmentation de 11 %, ou 199 euros par mois, pour un assistant de service social des administrations de l’État en début de carrière ou de 461 euros mensuels pour un infirmier avec 20 ans d’ancienneté, grâce au « Ségur de la santé ».

Davantage de directrices

Mais les écarts salariaux entre les femmes et les hommes peuvent aussi se creuser par le biais des indemnités, qui sont plus importantes dans les ministères régaliens, où les effectifs sont plus masculins.

Ces indemnités – qui représentent en moyenne près du quart du salaire brut des fonctionnaires, selon le Rapport annuel – doivent converger, explique-t-on au ministère.

Il y aussi la question du temps partiel : « on sait que c’est majoritairement des femmes qui les prennent pour s’occuper des enfants », explique Gaëlle Martinez.

Et il y a eu pendant longtemps eu des écarts importants en terme de promotion.

Dans la fonction publique d’État, les promotions de femmes à des postes de direction sont toutefois passées de 33 % en 2016 à 42 % en 2020, première année où l’objectif de 40 % fixé par la loi Sauvadet a été atteint. Le ministère de l’Économie a de son côté annoncé lundi 7 mars 2022 avoir atteint pour la première fois cet objectif en 2021, avec 41 % de femmes nommées à un premier poste d’encadrement supérieur.

À l’Éducation nationale, « il y a aujourd’hui autant de rectrices que de recteurs, un boulot important a été fait sur tous les postes à haute responsabilité », reconnaît Benoît Teste.

Comme dans le privé, certaines habitudes sont bien ancrées.

« L’administration est loin d’être exemplaire en matière d’horaires de travail et notamment pour les emplois de cadres supérieurs. Les réunions de travail sont longues, tardives, il y a des contraintes très fortes sur la disponibilité des personnels », affirme Christian Grolier, secrétaire général de la Fédération générale des fonctionnaires FO, dont l’organisation n’appelle pas à manifester ce mardi.

Pour Gaëlle Martinez, il existe dans le public comme dans le privé un « plafond de mère » pour les femmes, dont les carrières « se déroulent beaucoup moins bien que celles des hommes ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022

Construire ensemble une Fonction publique inclusive

Livre blanc

Construire ensemble une Fonction publique inclusive

Lutter contre les discriminations, favoriser l’égalité Homme/Femme et la diversité sont des enjeux forts de la Fonction publique.

Télécharger le livre blanc