Jean-Claude Mailly (FO) publie un livre pour "sauver" le service public

Dialogue social

Le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, a présenté lundi 29 septembre un livre qu’il vient de publier pour « sauver le service public » qui, en dix ans, « a été considérablement amputé » conduisant par endroits à la « désertification » du pays.

« Alors que la population française a augmenté de 4,2 millions en dix ans, le nombre de ureaux de poste a été divisé par deux, plus de 300 tribunaux ont été supprimés de même que 14 % des services des hôpitaux et 7 % des maternités, des commissariats et des gendarmeries ont été fermés » et « 16 % de classes et 5 % d’écoles ont été supprimées », souligne le secrétaire général de FO.

Le livre égrène 250 exemples concrets, recensés dans toutes les régions et dans tous les services publics, qui sont « l’illustration par l’exemple des conséquences du retrait de l’action publique » conduisant dans certains endroits à « une désertification de la République et un accroissement des inégalités », selon FO.

L’un des exemples les plus significatifs est la ville de Joigny (Yonne) qui est « en train de mourir », selon M. Mailly. La commune a perdu 14 % de sa population, son économie a perdu 15 % de chiffres d’affaires et son centre ville 30 % de commerces après les suppressions en 2004 de la maternité et du service de hirurgie, en 2009 de deux tribunaux et le transfert en 2010 d’un groupe des armées spécialisé dans la cartographie militaire, souligne-t-il. Ces suppressions ont entraîné d’autres fermetures (classes, services sociaux, professions libérales). Joigny vient d’être classée « ville pauvre » et d’autres cités comme Carcassone, Colmar ou Fréjus, sont menacées de la même façon, selon FO.

Le secrétaire général de FO renouvelle sa demande d’un « débat sur le rôle et les missions du service public », une demande qu’il avait déjà formulée en vain en 2007 auprès de l’ex-président Nicolas Sarkozy et en 2012 auprès de François Hollande.

M. Mailly  n’est pas opposé à des réformes, « on ne dit pas que rien ne doit changer », mais « il faut au préalable un débat » et une « visibilité ».

Le secrétaire général de FO ne cache pas que la parution de ce livre coïncide avec la campagne de FO pour les élections professionnelles dans la fonction publique du 4 décembre.

Le livre de 90 pages, sous le titre « Il faut sauver le service public« , est publié aux éditions Librio (Flammarion) et est disponible mercredi au prix de 3 euros.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques