Disproportion de la rémunération

Rémunération

Dans un arrêt du 12 novembre 2015, la Cour administrative d’appel de Versailles indique les modalités de correction de l’irrégularité résultant de la disproportion de la rémunération d’un agent contractuel de l’État par rapport à celle d’un agent titulaire de l’État.

À l’occasion du renouvellement d’un CDD en CDI, il appartient à l’administration de corriger l’irrégularité résultant de la disproportion de la rémunération d’un agent contractuel de l’État par rapport à celle d’un agent titulaire de l’État. Cette régularisation est à effectuer en application du principe de parité en vertu duquel, notamment, un établissement public administratif de l’État ne peut légalement attribuer à ses agents contractuels des rémunérations qui seraient manifestement disproportionnées par rapport à celles auxquelles peuvent prétendre des agents de l’État exerçant des fonctions analogues et ayant des qualifications équivalentes. La prise en compte de ce principe de parité n’est pas contraire au principe issu du droit européen qui interdit la modification substantielle de clauses du CDD dans un sens défavorable à l’agent lors de son renouvellement en CDI.

 

Texte de référence : Cour administrative d’appel de Versailles, 5e chambre, requête n° 13VE03058, 12 novembre 2015, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques