Fonctionnaires : le point d'indice "pas forcément" gelé en 2013

Rémunération

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu affirme que le point d’indice des fonctionnaires ne sera « pas forcément » gelé en 2013, tout en soulignant que les marges de manœuvres financières sont très limitées, dans un entretien aux Échos à paraître mardi 25 septembre.

Marylise Lebranchu fustige également la Révision générale des politiques publiques (RGPP), mise en place par le gouvernement précédent, qui fait l’objet d’un rapport qui sera remis à Matignon ce mardi.

À la question « le point dindice des fonctionnaires sera-t-il de nouveau gelé en 2013 ? », la ministre répond : « pas forcément ». « L’enveloppe dédiée aux rémunérations est gelée mais on peut faire des arbitrages en son sein », nuance-t-elle immédiatement.

Elle rappelle que s’ouvrira début octobre une concertation avec les syndicats sur les carrières et les rémunérations des fonctionnaires, les appelant déjà à être » réalistes et (à) sortir du débat sur le seul point » d’indice. Mme Lebranchu se dit aussi, dans ce cadre, « résolue à rééchelonner les grilles » salariales. Le point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires, n’a pas été revalorisé depuis 2010, au grand dam des syndicats.

Interrogée également sur l’étude d’impact de la RGPP, qui fixait notamment la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, elle estime qu’il s’agit « avant tout d’un tract politique flattant la démagogie anti-fonctionnaires ». « Après échange avec les rapporteurs, il ressort que pour eux, la RGPP a été un fourre-tout, un recyclage de décisions anciennes », ajoute la ministre, sans détailler les conclusions du rapport. « Le travail a été faussé par une approche idéologique et menée sans concertation », ajoute la ministre.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques