Indemnisation chômage

Protection sociale

La circulaire n° 2016-10 du 29 février 2016 détaille les conséquences de la décision du Conseil d’État du 5 octobre 2015 sur la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage.

La circulaire précise que l’avenant du 18 décembre 2015 à la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage tire les conséquences de la décision du Conseil d’État du 5 octobre 2015. Il modifie les dispositions conventionnelles relatives aux périodes d’activité non déclarées, aux prestations indues et au différé d’indemnisation spécifique. L’avenant a pour effet de permettre à l’ensemble des dispositions en résultant d’être de nouveau conformes aux dispositions légales en vigueur.

Il est entré en vigueur au 29 février 2016, soit au lendemain de la date de publication de son arrêté d’agrément au Journal officiel, tel que prévu à son article 5. Cette mise en conformité de la convention au regard des trois points examinés par le Conseil d’État permet un ré-agrément de l’ensemble de la convention d’assurance chômage et ses textes associés jusqu’à son terme initialement prévu, soit le 30 juin 2016.

 

Texte de référence : Circulaire n° 2016-10 du 29 février 2016 de l’Unédic relative à l’avenant du 18 décembre 2015 à la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques