Communication du dossier disciplinaire d'un agent et licenciement

Droits et obligations

Dans le cadre d’une procédure disciplinaire, la première nécessité est de veiller au respect des droits de la défense. Le juge administratif rappelle aussi qu’un excès de zèle en la matière peut se retourner contre l’autorité territoriale.

Un agent, expert fiscal de l’office public de l’habitat Chaumont Habitat, recruté par contrat à durée déterminée (CDD) pour une durée de trois ans, a été licencié par une décision du président de cet office public pour manquement à l’obligation de servir et refus d’obéissance hiérarchique.

Dans cette affaire (req. n° 09NC00592), le président de l’office, qui détient le pouvoir disciplinaire, a bien informé l’agent, par courrier, de l’engagement d’une procédure disciplinaire à son encontre et des fautes qui lui étaient reprochées, ainsi que de la possibilité d’obtenir la communication de son dossier et d’être assisté du conseil de son choix. Et, a relevé la cour administrative d’appel de Nancy, « s’il ne l’a pas expressément invité à produire ses observations, l’intéressé a été par là même mis en mesure de présenter utilement sa défense ». Dès lors, le principe du respect des droits de la défense n’a pas été méconnu.

Le juge d’appel a pourtant annulé la décision du président de l’office. Celui-ci a en effet licencié l’intéressé avant même l’expiration de la possibilité de consulter son dossier. Erreur fatale ou excès de zèle dudit président d’autant, relève la cour, « qu’un délai plus bref eût pu être jugé suffisant pour que l’intéressé puisse procéder à cette consultation et présenter utilement sa défense ». Grossière erreur qui justifie à elle seule l’annulation de la décision de licenciement, « prise au terme d’une procédure irrégulière ».

Franck Vercuse

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Revue de l'actualité juridique territoriale #1 : la réforme territoriale Administration

    Revue de l’actualité juridique territoriale #1

    18/06/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019 Sécurité

    Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019

    03/06/19
    Partant du constat que les manifestations sur la voie publique sont désormais fréquemment émaillées de graves incidents et d’actes de dégradation, le législateur a décidé de s’emparer du sujet pour durcir l’arsenal juridique en vigueur et mieux prévenir ces phénomènes d’ultra violence lors de rassemblements publics1.
  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Tous les articles juridiques