Le silence gardé par l'administration vaudra acceptation

Droits et obligations

La loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations va être prochainement modifiée en ce sens.

Un amendement au projet de loi habilitant le gouvernement à simplifier les relations entre l’administration et les citoyens, adopté par le Sénat le 16 juillet, modifie l’article 21 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations.

Il prévoit que l’absence de réponse par l’administration dans un délai de deux mois à une demande, vaut acceptation. Ce principe est toutefois limité par une série d’exceptions et de dérogations, notamment dans les relations entre les administrations et leurs agents. Son application pourrait s’avérer délicate.

 

Texte de référence : Amendement au projet de loi habilitant le gouvernement à simplifier les relations entre l’administration et les citoyens, adopté par le Sénat le 16 juillet, modifiant l’article 21 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques