Manquement au devoir de loyauté et de réserve

Droits et obligations

Le manquement au devoir de loyauté et de réserve, sanctionné par une exclusion de trois jours, constitue une sanction proportionnée.

Un cadre, qui au cours d’une réunion souligne publiquement les dysfonctionnements reprochés à la structure qui l’emploie et met en cause à la fois sa hiérarchie et le choix des élus, peut faire l’objet d’une sanction disciplinaire. Malgré les dénégations de l’intéressée, des attestations pour établir la matérialité des propos tenus et des faits reprochés, sont de nature à révéler un manquement à son devoir de loyauté et de réserve. Une exclusion de trois jours, sanction du premier groupe, peut alors être justifiée. C’est en particulier le cas si l’employeur avait déjà été confronté au cours des années précédentes au comportement peu respectueux de son agent.

 

Texte de référence : Cour Administrative de Nantes, 3e chambre, 1er octobre 2015, n° 14NT02046, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques